Les générations au Canada

En 2011, la population canadienne était composée de plusieurs générations différentes, celle du baby-boom étant sans doute la plus connue.

Il peut être difficile de définir une génération puisque c'est un terme qui peut revêtir de multiples significations. En général, on définit une génération comme un groupe de personnes qui ont à peu près le même âge et qui ont vécu, le plus souvent pendant leur enfance ou au début de l'âge adulte, des événements historiques particuliers, tels qu'une crise ou une période de prospérité économique, une guerre ou des changements politiques importants. Ces événements peuvent influencer leur vision du monde.

En démographie, toutefois, la définition d'une génération ne dépend pas de facteurs sociaux, économiques ou politiques; elle s'appuie exclusivement sur l'année ou les années de naissance d'un groupe de personnes.

Les générations peuvent être de tailles très variables, selon le nombre de naissances survenues au cours d'une période donnée. La taille d'une génération peut avoir une incidence significative sur le parcours de vie des personnes qui la composent, ainsi que sur les personnes qui appartiennent à d'autres générations. En outre, la taille d'une génération peut influer sur l'économie d'un pays, de même que sur l'ensemble d'une société.

Dans la population canadienne de 2011, trois grandes générations peuvent être définies à partir de critères démographiques :

  • les baby-boomers
  • les parents des baby-boomers
  • les enfants des baby-boomers, parfois appelés la génération Y ou la génération de l'écho du baby-boom.

On peut également identifier d'autres générations au Canada, comme la génération de la Seconde Guerre mondiale et la génération X.

Les baby-boomers (1946 à 1965)

Un baby-boom se caractérise par une augmentation soudaine du nombre de naissances observé d'une année à l'autre. Il prend fin lorsqu'une baisse abrupte du nombre de naissances est enregistrée.

Par conséquent, la variation annuelle du nombre de naissances peut être utilisée pour définir le baby-boom survenu après la Seconde Guerre mondiale au Canada. Depuis 1921Note de bas de page 1, la plus forte hausse annuelle du nombre de naissances, soit d'environ 15 %, est survenue entre 1945 et 1946 (figure 1). Cette forte hausse correspond au début de la période du baby-boom.

Bien que le nombre de naissances ait diminué progressivement à partir de 1961, la plus forte baisse relative (‑8 %) s'est produite entre 1964 et 1965, marquant la fin de la période du baby-boom.

Le baby-boom au Canada s'est donc étalé sur une période de 20 ans. Pendant cette période, plus de 8,2 millions de bébés sont nés, soit une moyenne de près de 412 000 par année. En comparaison, le nombre de naissances enregistré en 2008 n'était que de 377 886, alors que la taille de la population était deux fois plus importante qu'à l'époque du baby-boom.

Le nombre moyen d'enfants par femme pendant le baby-boom était de 3,7, comparativement à environ 1,7 ces dernières années.

Selon le Recensement de 2011, 9,6 millions de personnes, ou près de 3 Canadiens sur 10 (29 %), étaient des baby-boomers. Outre le nombre de naissances entre 1946 et 1965, cette génération a été alimentée par une immigration soutenue depuis la fin des années 1980 au Canada. Ces personnes étaient âgées entre 46 et 65 ans en 2011 (figure 2).

Dans les années à venir, bon nombre de baby-boomers atteindront l'âge de 65 ans, ce qui accélérera le vieillissement de la population au Canada. En 2031, tous les baby-boomers auront franchi l'âge de 65 ans et la proportion de personnes âgées pourrait atteindre 23 %Note de bas de page 2, comparativement à environ 15 % en 2011.

Les parents des baby-boomers (1919 à 1940)

Grâce aux données sur les naissances, on peut déterminer, en fonction de l'année de naissance des mères, la proportion de leurs naissances survenues pendant le baby-boom (figure 3).

Une forte proportion (définie ici comme au moins 60 %) des enfants de mères nées entre 1919 et 1940 sont nés durant la période du baby-boom. En se basant sur ce critère démographique, la génération des parents des baby-boomers peut se définir comme étant toutes les personnes nées pendant cette période de 22 ans de l'entre-deux-guerres.

Selon les données du Recensement de 2011, 3,1 millions de personnes, soit près d'un Canadien sur 10 (9 %), étaient des parents de baby-boomers. Ces personnes étaient âgées de 71 à 92 en 2011 (figure 2).

Les enfants des baby-boomers (1972 à 1992)

En utilisant les mêmes données et la même méthode, on peut calculer, en fonction de l'année de naissance des enfants, la proportion de ces enfants dont la mère est née durant le baby-boom (figure 4).

Au moins 60 % des naissances qui ont eu lieu entre 1972 et 1992 étaient de mères nées durant le baby-boom. La génération des enfants des baby-boomers peut donc être définie comme étant toutes les personnes nées pendant cette période de 21 ans.

Selon les données du Recensement de 2011, 9,1 millions de personnes, ou 27 % de la population totale, appartenaient à la génération des enfants des baby-boomers. Ces personnes étaient âgées de 19 à 39 ans en 2011 (figure 2). Cette génération est souvent appelée la génération Y ou la génération de l'écho du baby-boom.

Fait intéressant, la taille de la génération des enfants des baby-boomers était, en 2011, plus petite (9,1 millions) que celle de la génération des baby-boomers (9,6 millions). Les baby-boomers ont eu moins d'enfants que leurs parents. Le taux de fécondité a diminué de 3,1 enfants par femme à la fin du baby-boom (1965) à 1,6 au milieu des années 1980. La taille de la génération des enfants des baby boomers est néanmoins encore alimentée par l'immigration, ce qui est moins le cas de la génération du baby-boom.

Pendant leur enfance, de nombreuses personnes de la génération des enfants des baby-boomers ont été touchées par divers changements liés à leurs parents, tels que la hausse des séparations et des divorces, la participation accrue des femmes au marché du travail et l'augmentation du recours aux garderies. De plus, cette génération a été marquée par des changements technologiques rapides.

Autres générations au sein de la population canadienne

D'autres générations, intercalées entre les trois générations décrites précédemment, peuvent être identifiées au moyen de la pyramide des âges de la population canadienne en 2011 (figure 2 et tableau 1).

La génération de la Seconde Guerre mondiale englobe les personnes nées entre 1941 et 1945. Durant cette période, le nombre de naissances enregistré chaque année s'est accru, passant de 255 300 en 1941 à 288 700 en 1945.

Environ 1,4 million de personnes, ou 4 % de la population totale en 2011, sont nées entre 1941 et 1945. Ces personnes étaient âgées de 66 à 70 ans en 2011.

Les personnes nées entre 1966 et 1971 peuvent être décrites comme étant les baby-busters. Elles sont nées à un moment où les taux de fécondité étaient en baisse rapide au Canada. Le nombre de naissances a diminué de 403 855 en 1965 à 349 420 en 1971, soit une baisse de 54 400 en seulement 6 ans.

Environ 2,8 millions de personnes (8 % de la population totale en 2011) faisaient partie de la génération du baby-bust qui constitue donc une petite génération. Ces personnes étaient âgées entre 40 et 45 ans en 2011.

Le terme génération X est souvent employé pour désigner la génération du baby-bust, mais il englobe parfois davantage de personnes que celles nées entre 1966 et 1971. Pour certains auteurs, la génération X comprend les personnes nées de la fin du baby-boom (1960 à 1965) à la fin des années 1970. De nombreuses personnes de cette génération, surtout les hommes, ont eu de la difficulté à intégrer le marché du travail dans les années 1980 et 1990. Ce phénomène est lié à la fois aux récessions économiques, de même qu'au fait d'arriver sur le marché du travail quelques années après que la génération plus nombreuse du baby-boom s'y soit intégrée.

Enfin, les personnes nées depuis 1993 sont parfois identifiées comme la nouvelle génération Z ou la génération Internet puisqu'elles sont nées après l'invention d'Internet. Environ 7,3 millions de personnes (22 % de la population totale) nées entre 1993 et 2011 ont été dénombrées au Recensement de 2011. En 2011 ces personnes avaient 18 ans ou moins et commençaient tout juste à intégrer le marché du travail.

Note aux lecteurs

Arrondissement aléatoire et répartitions en pourcentage : Afin de protéger le caractère confidentiel des renseignements recueillis lors du Recensement de 2011, on applique une méthode aux données qui consiste à arrondir de façon aléatoire les valeurs présentées dans les cellules individuelles. Par conséquent, lorsque ces données sont totalisées ou regroupées, la valeur totale peut ne pas correspondre à la somme des valeurs individuelles, étant donné que le total et les totaux partiels sont arrondis séparément. De même, la somme des répartitions en pourcentage, qui sont calculées à partir de données arrondies, ne correspond pas nécessairement à 100 %.

En raison de l'arrondissement aléatoire, les chiffres et les pourcentages peuvent varier légèrement d'un produit de recensement à un autre, comme le document analytique, les faits saillants en tableaux et les tableaux thématiques.

Remerciements

Le présent rapport a été rédigé par Laurent Martel et France-Pascale Ménard, de la Division de la démographie de Statistique Canada, avec la collaboration des membres du personnel du Secrétariat des domaines spécialisés du recensement, de la Division de la géographie, de la Division des opérations du recensement, de la Division de la diffusion et de la Division des communications de Statistique Canada.

Date de modification :