Le français et la francophonie au Canada

Les réponses aux diverses questions linguistiques que comprend le Recensement de la population de 2011 permettent d'étudier la francophonieNote de bas de page 1, notion aux multiples contours, et la présence du français au Canada. Un aperçu des statistiques portant sur la langue maternelleNote de bas de page 2, la capacité déclarée de pouvoir soutenir une conversation en français, la langue d'usage à la maison et la première langue officielle parléeNote de bas de page 3 fournit un portrait sommaire des quatre indicateurs clés ou mesures de la présence du français au Canada et au sein de chacune des provinces et chacun des territoiresNote de bas de page 4.

Près de 10 millions de Canadiens ont déclaré pouvoir parler le français

En 2011, près de 10 millions de Canadiens déclaraient pouvoir soutenir une conversation en français, comparativement à moins de 9,6 millions en 2006Note de bas de page 5. Toutefois, cela représentait une baisse de pourcentage puisque 30,1 % de la population canadienne déclaraient pouvoir parler le français en 2011 comparativement à 30,7 % cinq ans plus tôt.

Le nombre de personnes de langue maternelle française s'élevait à près de 7,3 millions en 2011 et 7,9 millions de Canadiens parlaient le français à la maison au moins régulièrement. Le nombre de personnes dont le français est la première langue officielle parlée est quant à lui passé de 7,4 millions en 2006 à 7,7 millions en 2011 (tableau 1)Note de bas de page 6.

En revanche, bien que le nombre de personnes déclarant avoir le français comme langue maternelle se soit accru de près de 328 000 entre 2006 et 2011, la proportion que représente cette population au sein de l'ensemble de la population canadienne a diminué légèrement, passant de 22,3 % à 22,0 %Note de bas de page 7. De même, le nombre de locuteurs du français comme principale langue d'usage à la maison a augmenté, bien que la part relative de cette population ait légèrement diminué, de 21,7 % à 21,5 %. Finalement, la proportion de la population canadienne ayant le français comme première langue officielle parlée est également en baisse, de 23,6 % à 23,2 %.

Tableau 1 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Canada, 2006 et 2011

Peu de changement observé au Québec

Au Québec, la proportion de la population déclarant avoir le français comme langue maternelle (seule ou en combinaison avec une autre langue) a diminué de 80,1 % à 79,7 % entre 2006 et 2011 (tableau 2)Note de bas de page 8. Celle déclarant parler le français le plus souvent à la maison a légèrement diminué de 82,7 % à 82,5 %. L'utilisation du français en tant que langue secondaire parlée régulièrement s'est quant à elle légèrement accrue de 4,3 % à 4,5 %. Quant à la capacité de parler le français, la proportion est demeurée à peu près stable, passant de 94,5 % à 94,4 %.

Tableau 2 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Québec, 2006 et 2011

À l'extérieur du Québec, hausse du nombre de personnes ayant déclaré le français comme langue maternelle

À l'extérieur du Québec, le nombre de personnes ayant déclaré le français comme langue maternelleNote de bas de page 9 était d'environ 1 067 000 en 2011 comparativement à près de 1 013 000 en 2006 (tableau 3). Il s'agit d'une augmentation de 54 000 personnes malgré une baisse de leur poids relatif de 4,3 % à 4,2 %Note de bas de page 10.

L'utilisation du français à la maison a également augmenté entre 2006 et 2011 (de 998 700 à 1 090 300) tant chez ceux déclarant le parler comme langue principale (le plus souvent) que comme langue secondaire (régulièrement). En termes de proportion, il s'agit d'une légère baisse de 2,7 % à 2,6 % chez les premiers et une légère hausse de 1,5 % à 1,7 % chez les seconds. Finalement, la population ayant le français comme première langue officielle parlée était de 1 007 580 en 2011 comparativement à 997 125 en 2006, soit une augmentation de plus de 10 000 personnes. Le poids démographique de cette population passait de 4,2 % à 4,0 % au cours de cette périodeNote de bas de page 11.

Tableau 3 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Canada hors Québec, 2006 et 2011

À l'extérieur du Québec, plus des trois quarts de ceux qui parlent le français à la maison résident au Nouveau-Brunswick ou en Ontario

En 2011, 77 % des personnes hors Québec déclarant parler le français à la maison (le plus souvent ou régulièrement) résidaient au Nouveau-Brunswick ou en Ontario. Le nombre de personnes parlant français à la maison était de 596 000 en Ontario et de 245 000 au Nouveau-Brunswick (tableau 4). Selon la caractéristique linguistique examinée, on observe peu de changement entre 2006 et 2011 en Ontario, à l'exception de la baisse de la proportion de personnes déclarant pouvoir soutenir une conversation en français. Au Nouveau-Brunswick, la part du français semble connaître un certain recul, et ce, peu importe la caractéristique examinée.

Tableau 4 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Nouveau-Brunswick et Ontario, 2006 et 2011

La présence du français s'accroît en Alberta et en Colombie-Britannique

De toutes les provinces, c'est en Alberta que le taux d'accroissement de la population ayant le français comme langue maternelle ou comme langue parlée le plus souvent à la maison a été le plus important entre 2006 et 2011 (tableau 6). La population qui a déclaré avoir le français comme langue maternelle est ainsi passée de 68 435 à 81 085, soit une hausse de près de 13 000 personnes. Il s'agit d'une augmentation de plus de 18 % de son effectif depuis 2006. De plus, la population ayant déclaré parler le français le plus souvent à la maison était de 32 400 en 2011 comparativement à 23 515 en 2006. Quant à la Colombie-Britannique, le taux d'accroissement de sa population ayant le français comme langue maternelle ou comme langue parlée le plus souvent à la maison a été de +12 % et +22 % respectivementNote de bas de page 12. À titre de comparaison, ces taux d'accroissement ont été de +5 % et +6 % respectivement en Ontario.

Tableau 5 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Provinces maritimes, 2006 et 2011

Tableau 6 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Provinces de l'Ouest, 2006 et 2011

Tableau 7 Effectif et proportion de la population ayant déclaré le français selon la caractéristique linguistique, Territoires, 2006 et 2011

Une baisse continue du français depuis trente ansNote de bas de page 13

La proportion de Canadiens qui déclarent pouvoir soutenir une conversation en français a légèrement diminué au cours des trente dernières années. D'autre part, la baisse du poids relatif de la population dont le français est la langue maternelle, la première langue officielle parlée ou la langue d'usage à la maison a été plus marquée (figure 1).

Figure 1 Proportion de la population ayant le français comme langue maternelle, principale langue d'usage à la maison ou première langue officielle parlée ou ayant déclaré pouvoir soutenir une conversation en français, Canada, 1981 à 2011

En 2011, 30,1 % de la population canadienne déclarait pouvoir soutenir une conversation en français, comparativement à 31,8 % en 1981. Cette baisse plus faible (en comparaison de celle de la langue maternelle, de la première langue officielle parlée et de la langue parlée à la maison) est en partie attribuable à la croissance de la population n'ayant pas le français comme langue maternelle qui déclare pouvoir soutenir une conversation dans cette langue. Ainsi, en 1981, 8,3 % de la population dont le français n'est pas la langue maternelle déclarait pouvoir parler cette langue. Cette proportion se situait à 10,6 % en 2011.

En comparaison de l'évolution de la part de la population canadienne capable de parler le français, la baisse du poids démographique de la population dont le français est la langue maternelle est plus accentuée. Alors qu'en 1981, 25,7 % des Canadiens étaient de langue maternelle française, cette proportion se situait à 21,7 % trente années plus tard. On observe une diminution similaire en ce qui a trait à l'usage du français comme langue parlée le plus souvent à la maison : 24,6 % de la population en 1981 comparativement à 21,0 % en 2011.

La proportion de la population ayant le français comme première langue officielle parlée a également connu une baisse soutenue, quoique moindre que celle observée pour la langue maternelle française. En 1981, cette proportion (26,3 %) était assez proche de celle de la population de langue maternelle française. Trente ans plus tard, la population ayant le français comme première langue officielle parlée représentait 23,2 % de la population. La diminution est moindre que celle de la population de langue maternelle française notamment en raison du fait que plus de 7 % des Canadiens ayant le français comme première langue officielle parlée n'ont pas cette langue comme langue maternelle.

L'immigration internationale exerce une forte influence sur l'évolution du français

Plusieurs facteurs démographiques expliquent l'évolution du français et de la francophonie au Canada. Outre un faible taux de fécondité et une transmission incomplète de la langue maternelle française des parents aux enfantsNote de bas de page 14, c'est l'immigration internationale qui influe le plus sur l'évolution du français au Canada. En moyenne, au cours des 20 dernières années, environ 235 000 nouveaux immigrants sont venus s'établir au Canada chaque année, dont plus de 80 % n'ont ni le français ni l'anglais comme langue maternelle.

En général, parmi les deux langues officielles du pays, la très forte majorité de ces immigrants ne connaissent que l'anglais, l'utilisent au travail et dans leur vie de tous les jours. De même, c'est surtout l'anglais qui, au fil du temps, finit par s'imposer dans les foyers de ces immigrants hors du QuébecNote de bas de page 15.

Hausse des nombres, mais diminution constante du poids démographique

Notons que si le poids démographique de la population de langue maternelle française, de langue d'usage française ou ayant cette langue comme première langue officielle parlée a diminué de la sorte au cours des trente dernières années, leur nombre, en revanche s'est accru (tableau 8), quoiqu'à un rythme moindre que celui de l'ensemble de la population canadienne.

Au cours des trente dernières années, soit entre 1981 et 2011, la population canadienne a augmenté de près de 38 %. Par comparaison, la population de langue maternelle française a augmenté de 16 %. La population dont le français est la principale langue d'usage à la maison et la première langue officielle parlée se sont accrues de 17,6 % et 21,3 % respectivement. Depuis trente ans, la croissance de la population déclarant pouvoir soutenir une conversation en français (29,9 %) est la plus proche de celle de l'ensemble de la population canadienne (37,5 %). Au cours de cette période, cette population est en effet passée de près de 7,7 millions à près de 10 millions de personnes.

Tableau 8 Effectifs de la population ayant le français comme langue maternelle, principale langue d'usage à la maison ou première langue officielle parlée ou ayant la capacité de parler le français et variation de la population, Canada, 1981 à 2011

Renseignements supplémentaires

Des renseignements supplémentaires sur la langue à divers échelons géographiques se trouvent dans les Faits saillants en tableaux, no 98‑314‑X2011002 au catalogue, Tableaux thématiques, nos 98‑314‑X2011016 à 98‑314‑X2011045, et nos 98‑314‑X2011048 à 98‑314‑X2011050 au catalogue, le Profil du recensement, no 98‑316‑X au catalogue, ainsi que dans le nouveau produit du recensement Série « Perspective géographique », no 98‑310‑X2011004 au catalogue.

Note aux lecteurs

Arrondissement aléatoire et répartitions en pourcentage : Afin de protéger le caractère confidentiel des renseignements recueillis lors du Recensement de 2011 tout en maintenant la qualité des résultats, on applique une méthode qui consiste à arrondir de façon aléatoire les valeurs présentées dans les cellules individuelles. Par conséquent, lorsque ces données sont totalisées ou regroupées, la valeur totale peut ne pas correspondre à la somme des valeurs individuelles, étant donné que le total et les totaux partiels sont arrondis séparément. De même, la somme des répartitions en pourcentage, qui sont calculées à partir de données arrondies, ne correspond pas nécessairement à 100 %.

En raison de l'arrondissement aléatoire, les chiffres et les pourcentages peuvent varier légèrement d'un produit du recensement à un autre, comme le document analytique, les faits saillants en tableaux et les tableaux thématiques.

Encadré : Comparabilité des données linguistiques entre les recensements de la population

Pour la première fois en 2011, trois questions sur la langue ont été posées dans le questionnaire du recensement qui a été distribué à 100 % de la population, c.-à-d. la connaissance des langues officielles, la langue parlée à la maison et la langue maternelle.

Les données linguistiques et les analyses publiées pour tous les recensements depuis 1996 étaient fondées presque exclusivement sur les réponses obtenues du questionnaire du recensement complet distribué à 20 % de la population.

Toutes les analyses de tendances de la présente diffusion et les produits connexes comparent les données du Recensement de 2011 aux données des recensements antérieurs obtenues du questionnaire complet.

L'évaluation des données portant sur la connaissance des langues officielles et la première langue officielle parlée indique qu'elles sont comparables à celles des recensements antérieurs.

Toutefois, Statistique Canada a constaté des changements dans la façon dont les Canadiens ont répondu aux questions sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison. Ces changements semblent émaner des modifications apportées au positionnement et au contexte des questions linguistiques dans les questionnaires du Recensement de 2011 par rapport aux recensements antérieurs. Il en résulte que les Canadiens semblent avoir été moins portés que lors des recensements antérieurs à déclarer une langue autre que le français ou l'anglais comme seule langue maternelle, et plus enclins à déclarer plus d'une langue maternelle et plus d'une langue d'usage à la maison.

Il n'est pas inhabituel dans la recherche par enquête d'observer des changements dans les façons dont on répond aux questions lorsqu'on apporte des modifications à un questionnaire et, tout particulièrement, des modifications au contexte dans lequel s'insère une question.

Les utilisateurs de données sont invités à la prudence dans l'évaluation des tendances se rapportant à la langue maternelle et à la langue parlée à la maison lors de la comparaison des données du Recensement de 2011 aux données des recensements antérieurs.

En ce qui a trait aux données sur la langue maternelle, des comparaisons autres que celles effectuées dans cette présente analyse sont possibles en fonction des besoins de l'utilisateur, étant donné que la question sur la langue maternelle a été posée dans les questionnaires complets et abrégés des recensements antérieurs. Les utilisateurs devraient tenir compte des avantages ainsi que des limites de chaque ensemble de données.

Les lecteurs pourront consulter la publication à venir intitulée Document méthodologique sur les données linguistiques du Recensement de 2011, no 98-314‑X2011051 au catalogue pour une analyse détaillée des facteurs affectant la comparabilité des données sur la langue entre les recensements.

Remerciements

Le présent rapport a été rédigé par Jean-Pierre Corbeil, de la Division de la statistique sociale et autochtone de Statistique Canada, avec la collaboration des membres du personnel du Secrétariat des domaines spécialisés du recensement, de la Division de la statistique sociale et autochtone, de la Division des opérations du recensement, de la Division de la diffusion et de la Division des communications de Statistique Canada.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Selon le Grand dictionnaire terminologique de l'Office québécois de la langue française, le concept de francophonie désigne «  l'ensemble des populations dont le français constitue la langue maternelle ou véhiculaire [langue commune], la langue officielle de leur pays, ou encore pour lesquelles cette langue est significative pour des raisons historiques ou culturelles ».

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

La langue maternelle désigne la première langue apprise à la maison dans l'enfance et encore comprise au moment du recensement.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

La variable « première langue officielle parlée » a été développée par Statistique Canada en 1989 à la demande du gouvernement fédéral afin d'estimer la demande potentielle de services gouvernementaux dans l'une ou l'autre des deux langues officielles. Statistique Canada a proposé deux méthodes (Méthodes I et II) pour estimer la première langue officielle parlée. La Méthode I a été adoptée dans le Règlement sur les langues officielles – Communications avec le public et prestation de services. Selon la Méthode I, la première langue officielle parlée est dérivée successivement des réponses aux questions sur la connaissance des langues officielles, la langue maternelle et la principale langue d'usage à la maison. Pour plus de renseignements, voir Estimations de la population selon la première langue officielle parlée, Ottawa, Statistique Canada, Division des statistiques sociales, du logement et des familles et Études linguistiques, 1989.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Il n'y a pas de critère unique pour définir la francophonie ou un francophone. Selon les besoins des divers utilisateurs de données, le Recensement de 2011 procure de l'information sur différentes dimensions des pratiques et des caractéristiques linguistiques de la population. L'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, dont les données seront rendues publiques en 2013, comprend notamment deux questions sur l'utilisation des langues au travail.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Pour le Recensement de 2011, l'information provient de données intégrales (100 %) alors que pour les recensements antérieurs, elle provient de données-échantillon (20 %).

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Sauf pour ce qui est de la première langue officielle parlée, les statistiques présentées aux tableaux 1 à 7 sont tirées des réponses uniques et de l'intégralité des réponses multiples où il est fait mention du français.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Voir l'encadré Comparabilité des données linguistiques entre les recensements de la population pour plus d'informations sur la comparabilité des données du Recensement de 2011 avec celles des recensements antérieurs.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Voir l'encadré Comparabilité des données linguistiques entre les recensements de la population pour plus d'informations sur la comparabilité des données du Recensement de 2011 avec celles des recensements antérieurs.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Seule ou en combinaison avec une autre langue.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

La comparabilité des données de 2006 et 2011 est cependant limitée, ce qui a fort probablement pour effet d'atténuer les tendances à la baisse du français entre 2006 et 2011, en particulier pour les variables de langue maternelle et de la langue parlée à la maison. Voir l'encadré Comparabilité des données linguistiques entre les recensements de la population pour de plus amples informations.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Les données de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, qui seront diffusées en 2013, fourniront de l'information sur la part que représente la migration entre le Québec et le reste du Canada dans l'accroissement de la population de langue française à l'extérieur de cette province.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Les données de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, qui seront diffusées en 2013, fourniront de l'information sur la part que représente la migration en provenance du Québec et des autres provinces dans l'accroissement de la population de langue française en Alberta et en Colombie-Britannique.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Seule l'information provenant des recensements depuis 1981 est présentée ici. La baisse de la proportion de la population de langue maternelle française au Canada est observée depuis 1951.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

En 2011, environ 50 % des enfants dont au moins un parent a le français comme langue maternelle se sont vu transmettre l'anglais comme langue maternelle à l'extérieur du Québec au Canada. Voir aussi la série  Portrait des minorités de langue officielle au Canada (comportant 11 numéros).

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Au Recensement de 2006, à peine 2 % de la population immigrante vivant au Canada hors Québec avait le français comme première langue officielle parlée (catégorie unique « français » et multiple « français-anglais »).

Retour à la référence de la note de bas de page 15