Portrait de la population active canadienne

Faits saillants

Survol de la population active canadienne

  • Selon l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM), le Canada comptait 17 990 080 personnes âgées de 15 ans et plus dans la population active durant la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011. De ce nombre, 16 595 035 avaient un emploi. Le taux d'emploi était de 60,9 %.

  • En 2011, le Yukon et l'Alberta avaient les taux d'emploi les plus élevés au Canada, soit 69,7 % et 69,0 % respectivement. Les taux d'emploi les plus faibles ont été observés à Terre-Neuve-et-Labrador (50,7 %) et au Nunavut (52,1 %).

  • Parmi l'ensemble des régions métropolitaines de recensement (RMR), Calgary affichait le taux d'emploi le plus élevé, soit 70,0 % suivi de Regina à 69,1 % et d'Edmonton à 69,0 %.

Emploi selon le plus haut niveau de scolarité atteint

  • En mai 2011, le taux d'emploi de la population âgée de 25 à 64 ans était de 75,3 %. En général, le taux d'emploi augmente avec le niveau de scolarité. Le taux d'emploi des personnes ayant des qualifications universitaires était de 81,6 % comparativement à 55,8 % pour ceux qui n'avaient aucun certificat, diplôme ou grade.

Emploi selon le secteur industriel

  • Les trois secteurs industriels ayant les parts d'emploi les plus élevées en 2011 étaient le commerce de détail, les soins de santé et l'assistance sociale ainsi que la fabrication.

  • En 2011, le secteur du commerce de détail arrivait en tête de l'ensemble des secteurs quant à sa part de l'emploi total qui atteignait 11,5 %, regroupant 1 907 605 travailleurs.

Professions chez les femmes et les hommes

  • Les 20 professions les plus courantes chez les femmes regroupaient 45,8 % des effectifs féminins. En comparaison, 30,1 % des effectifs masculins travaillaient dans les 20 professions les plus courantes chez les hommes.

  • En 2011, la profession la plus courante chez les femmes était vendeuse dans les commerces de détail (regroupant 4,7 % des femmes occupées) suivie d'adjointe administrative (4,0 %), d'infirmière autorisée et infirmière psychiatrique autorisée (3,4 %), de caissière (3,3 %) et d'enseignante aux niveaux primaire et préscolaire (2,9 %).

  • Chez les hommes, la profession la plus courante était vendeur dans les commerces de détail (regroupant 3,3 % des hommes occupés) suivie de conducteur de camion de transport (2,9 %), de directeur de commerce de détail et de gros (2,5 %), de charpentier-menuisier (1,7 %) et de concierge et surintendant d'immeubles (1,7 %).

Vieillissement de la population occupée

  • Selon les données de l'ENM de 2011, les travailleurs âgés de 55 ans et plus représentaient 18,7 % de l'emploi total, comparativement à 15,5 % lors du Recensement de 2006.

  • En 2011, un peu plus de 3 millions de personnes âgées de 55 ans et plus occupaient un emploi. Le taux d'emploi pour ce groupe d'âge était de 34,9 %, comparativement à 32,2 % lors du Recensement de 2006.

Mobilité de la population occupée

  • Les Territoires du Nord-Ouest affichaient la proportion la plus élevée de personnes occupées en 2011 qui vivaient dans une autre province ou territoire 5 ans auparavant (soit 19,2 %), suivis du Nunavut (17,3 %) et du Yukon (16,1 %).

  • Parmi les provinces, l'Alberta et l'Île-du-Prince-Édouard avaient les plus fortes proportions de personnes occupées en 2011 qui vivaient dans une autre province ou un autre territoire cinq ans plus tôt, soit 7,6 % et 7,3 % respectivement. Le Québec et l'Ontario affichaient les proportions les plus basses, soit 1,0 % et 1,7 % respectivement.

Encadré 1 : Enquête nationale auprès des ménages

Ceci est la deuxième diffusion de données de l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM). Environ 4,5 millions de ménages à travers le pays ont été sélectionnés pour l'ENM, ce qui représentait environ le tiers de tous les ménages.

Le présent document analytique contient les résultats de l'ENM sur le travail. Un document analytique connexe, Scolarité au Canada : niveau de scolarité, domaine d'études et lieu des études, no 99-012-X2011001 au catalogue, analyse les résultats de l'ENM sur la scolarité.

En outre, trois articles sont publiés dans la série ENM en bref et intitulés Le déplacement domicile-travail, L'utilisation des langues en milieu de travail au Canada et Le niveau de scolarité des peuples autochtones au Canada, no 99-012-X2011003 au catalogue.

Des renseignements supplémentaires sur l'Enquête nationale auprès des ménages sont présentés dans le Guide de l'utilisateur de l'Enquête nationale auprès des ménages, no 99-001-X au catalogue. Des renseignements sur la qualité et la comparabilité des données de l'ENM sur le travail figurent dans le Guide de référence sur le travail, Enquête nationale auprès des ménages, no 99-012-X2011007 au catalogue.

Survol de la population active canadienne

Les taux d'emploi les plus élevés sont dans le Nord et dans l'Ouest

Selon l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM), le Canada comptait 17 990 080 personnes âgées de 15 ans et plus dans la population active durant la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011.

De l'ensemble des personnes actives, 16 595 035 avaient un emploi et le taux d'emploi, soit le nombre de personnes occupées exprimé en pourcentage de la population totale âgée de 15 ans et plus, était de 60,9 %Note 1.

En comparaison, lors du Recensement de 2006, 15 958 195 personnes occupaient un emploi et le taux d'emploi était de 62,6 %.

Le taux de chômage en 2011 était de 7,8 %, comparativement à 6,6 % lors du Recensement de 2006.

En 2011, le Yukon et l'Alberta avaient les taux d'emploi les plus élevés au Canada, soit 69,7 % et 69,0 % respectivement. Le taux d'emploi était également au-dessus de la moyenne nationale dans les Territoires du Nord-Ouest (66,8 %), en Saskatchewan (65,1 %) et au Manitoba (63,1 %).

Les taux d'emploi les plus faibles ont été observés à Terre-Neuve-et-Labrador et au Nunavut et atteignaient 50,7 % et 52,1 % respectivement (figure 1).

Parmi l'ensemble des régions métropolitaines de recensement (RMR), Calgary affichait le taux d'emploi le plus élevé, soit 70,0 % suivi de Regina, avec 69,1 % et d'Edmonton avec 69,0 %. Les taux d'emploi les plus bas ont été observés à Windsor (53,3 %), à Peterborough (55,8 %) et à Trois-Rivières (55,9 %).

Emploi selon le plus haut niveau de scolarité atteint

Le taux d'emploi augmente avec le niveau de scolarité

En 2011, le taux d'emploi de la population âgée de 25 à 64 ans était de 75,3 %. Parmi ce groupe, 30,8 % avaient des qualifications universitaires alors que 12,7 % n'avaient aucun certificat, diplôme ou grade. En général, le taux d'emploi augmente avec le niveau de scolarité. Le taux d'emploi des personnes ayant des qualifications universitairesNote 2 était de 81,6 % comparativement à 55,8 % pour ceux qui n'avaient aucun certificat, diplôme ou grade (tableau 1).

En 2011, le Nunavut, les Territoires du Nord-Ouest et le Yukon affichaient les taux d'emploi les plus élevés pour les personnes ayant des qualifications universitaires, soit 93,0 %, 90,3 % et 86,4 % respectivement. Les taux les plus bas ont été observés à Terre-Neuve-et-Labrador de même qu'en Colombie-Britannique atteignant 79,2 % dans ces deux provinces.

Quant aux personnes détenant un diplôme d'études collégiales, les taux d'emploi oscillaient entre 84,4 % en Saskatchewan et 74,8 % à Terre-Neuve-et-Labrador. Pour les détenteurs d'un certificat d'une école de métiers, les taux d'emploi les plus élevés ont été observés en Alberta (84,6 %), en Saskatchewan (84,2 %) et au Manitoba (80,6 %) alors que les taux les plus bas se retrouvaient à Terre-Neuve-et-Labrador (66,9 %) et au Nunavut (68,9 %).

Ceux dont le plus haut niveau de scolarité atteint était un diplôme d'études secondaires affichaient un taux d'emploi qui oscillait de 80,4 % dans les Territoires du Nord-Ouest à 58,6 % à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le taux d'emploi des personnes sans certificat, diplôme ou grade était le plus élevé en Alberta se chiffrant à 67,5 %, suivi de la Saskatchewan (61,8 %). Les taux les plus bas ont été observés à Terre-Neuve-et-Labrador (39,7 %) et au Nunavut (45,1 %).

L'écart du taux d'emploi entre les personnes occupées qui avaient des qualifications universitaires et celles qui n'avaient aucun certificat, diplôme ou grade varie par province et territoire. Par exemple, l'écart le plus bas a été observé en Alberta (16,9 points de pourcentage), suivie de l'Île-du-Prince-Édouard (20,9 points de pourcentage) et de la Saskatchewan (22,8 points de pourcentage). En comparaison, les écarts les plus élevés étaient observés au Nunavut (47,9 points de pourcentage) et à Terre-Neuve-et-Labrador (39,5 points de pourcentage).

Emploi selon le secteur industriel

Le secteur du commerce de détail détenait la plus grande part de l'emploi total

En 2011, le secteur du commerce de détail arrivait en tête de l'ensemble des secteurs quant à sa part de l'emploi total qui atteignait 11,5 % (figure 2) et regroupait 1 907 605 travailleurs.

Le secteur des soins de santé et de l'assistance sociale suivait de près, sa part de l'emploi total étant de 11,4 %. Ce secteur comptait 1 886 980 travailleurs.

Le secteur de la fabrication arrivait en troisième place et représentait 9,2 % de l'emploi total. Ce secteur comptait 1 525 400 travailleurs.

Les secteurs des services d'enseignement et des administrations publiques suivaient avec des parts de 7,5 % (1 247 050 travailleurs) et 7,3 % (1 212 070 travailleurs) respectivement.

Professions des femmes et des hommes

En 2011, les femmes représentaient un peu moins de la moitié des personnes occupées (48,0 %). Parmi les 10 grandes catégories professionnelles, les femmes âgées de 15 ans et plus étaient plus susceptibles d'occuper un emploi dans les professions liées à la vente et services (27,1 %); aux affaires, finances et administration (24,6 %); et à l'enseignement, droit et services sociaux, communautaires et gouvernementaux (16,8 %) (figure 3).

En comparaison, les hommes étaient plus susceptibles d'occuper un emploi dans les métiers, transport et machinerie (25,5 %); la vente et services (18,7 %); et la gestion (13,9 %).

L'ENM de 2011 fournit également la répartition des travailleurs parmi un ensemble détaillé de 500 professions. Les 20 professions les plus courantes chez les femmes regroupaient 45,8 % des effectifs féminins. En comparaison, les 20 professions les plus courantes chez les hommes regroupaient 30,1 % des effectifs masculins.

Les professions les plus courantes chez les femmes sont vendeuse dans les commerces de détail et adjointe administrative

Parmi les professions détaillées, la profession la plus courante chez les femmes était vendeuse dans les commerces de détail (regroupant 4,7 % des femmes), suivie d'adjointe administrative (4,0 %), d'infirmière autorisée et infirmière psychiatrique autorisée (3,4 %), de caissière (3,3 %) et d'enseignante aux niveaux primaire et préscolaire (2,9 %) (tableau 2).

Les femmes constituaient 9 travailleurs sur 10 parmi les 20 professions les plus courantes suivantes : adjointe administrative, infirmière autorisée et infirmière psychiatrique autorisée, éducatrice et aide-éducatrice de la petite enfance et réceptionniste.

Les professions les plus courantes chez les hommes étaient vendeur dans les commerces de détail et conducteur de camion

Parmi les professions détaillées, la plus courante chez les hommes était vendeur dans les commerces de détail (regroupant 3,3 % des hommes occupés), suivie de conducteur de camion de transport (2,9 %), de directeur de commerce de détail et de gros (2,5 %), de charpentier-menuisier (1,7 %) et de concierge et surintendant d'immeubles (1,7 %).

Les hommes représentaient 9 travailleurs sur 10 parmi les 20 professions les plus courantes suivantes : conducteur de camion, charpentier-menuisier, mécanicien et réparateur de véhicules automobiles, de camions et d'autobus, aide de soutien des métiers et manœuvres en construction, soudeur et opérateur de machines à souder et à braser, électricien et chauffeur-livreur.

Vieillissement de la population occupée

Près d'un travailleur sur cinq était âgé de 55 ans et plus

Selon l'ENM de 2011, les travailleurs âgés de 55 ans et plus représentaient 18,7 % de l'emploi total, comparativement à 15,5 % selon les données du Recensement de 2006. Ceci était le résultat du vieillissement de la génération du baby-boom et de l'accroissement de la participation des travailleurs plus âgés dans la population active.

Selon les données de 2011 de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)Note 3, la proportion des travailleurs âgés de 55 ans et plus observée au Canada se comparait à celles d'autres pays du G8 comme l'Allemagne (17,9 %) ou le Royaume-Uni (17,4 %). Cette proportion demeurait inférieure à celle des États-Unis (20,7 %) et du Japon (27,1 %), mais supérieure à celle de la Russie (12,6 %), de la France (13,7 %) ou de l'Italie (14,1 %).

En 2011, un peu plus de 3 millions de personnes âgées de 55 ans et plus occupaient un emploi. Le taux d'emploi pour ce groupe d'âge était de 34,9 % comparativement à 32,2 % lors du Recensement de 2006.

Parmi les professions qui regroupaient au moins 20 000 travailleurs, celles qui comptaient la plus forte proportion de travailleurs âgés de 55 ans et plus étaient : gestionnaire en agriculture (49,0 %), personnel professionnel lié à la religion (40,2 %), conducteur d'autobus et opérateur de métro et autres transports en commun (39,6 %).

Niveaux de compétences des professions

Les données de l'ENM de 2011 ont été réparties selon quatre niveaux de compétences professionnelles à l'aide de la Classification nationale des professions (CNP) 2011 (voir l'Encadré 2 : Concepts et définitions).

Le niveau de compétences B était le groupe le plus répandu, représentant près du tiers de la population occupée âgée de 15 ans et plus (31,5 %). Les professions de niveau de compétence B regroupent celles qui requièrent habituellement un niveau collégial, une formation d'apprenti ainsi que les postes de supervision acquis avec l'expérience.

Le deuxième groupe en importance, soit le niveau A, représentait 29,9 % de la population occupée et comprenait les gestionnaires et les professionnels. Les gestionnaires se situent au sommet des hiérarchies organisationnelles et, de ce fait, se caractérisent par des niveaux élevés de responsabilité, de reddition de comptes et d'expertise spécialisée acquise grâce à des études formelles ou à une expérience professionnelle exhaustive. Les postes de professionnels sont définis comme exigeant habituellement une formation universitaire. Dans l'ensemble, les gestionnaires formaient 11,5 % des personnes occupées tandis que les professionnels représentaient 18,3 %.

 Le niveau de compétences C regroupe les professions qui exigent habituellement une formation de niveau secondaire ou une formation spécifique à la profession. Ce groupe représentait 27,7 % des travailleurs âgés de 15 ans et plus.

Le niveau de compétences D regroupe les professions pour lesquelles une formation en cours d'emploi est habituellement donnée. En 2011, 11,0 % de la population occupée détenait ce type de profession.

Mobilité de la population occupée

En 2011, 516 475 travailleurs, soit 3,2 %Note 4 de la population occupée âgée de 15 ans et plus, vivaient dans une autre province ou territoire cinq ans auparavant (figure 4).

Les Territoires du Nord-Ouest affichaient la proportion la plus élevée de travailleurs qui vivaient dans une autre province ou territoire cinq ans auparavant (soit 19,2 %), suivis du Nunavut (17,3 %) et du Yukon (16,1 %).

Parmi les provinces, l'Alberta et l'Île-du-Prince-Édouard affichaient les plus fortes proportions de travailleurs qui vivaient dans une autre province ou un autre territoire cinq ans auparavant, soit 7,6 % et 7,3 % respectivement. Le Québec et l'Ontario affichaient les proportions les plus basses, soit 1,0 % et 1,7 % respectivement.

Encadré 2 : Concepts et définitions

Population active
Personnes qui étaient soit occupées, soit en chômage pendant la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011. Population active = Personnes occupées + Chômeurs.
Personnes occupées

Personnes qui, au cours de la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011 :

  • faisaient un travail quelconque dans le cadre d'un emploi ou dans une entreprise, c'est-à-dire tout travail rémunéré accompli pour un employeur ou à son propre compte. Cela comprend aussi les personnes qui faisaient un travail familial non rémunéré, qui est défini comme un travail non rémunéré qui contribue directement à l'exploitation d'une ferme, d'une entreprise ou d'un cabinet de professionnels appartenant à un membre apparenté du même ménage et exploité par celui-ci;
  • avaient un emploi, mais n'étaient pas au travail à cause d'une maladie ou d'une incapacité, pour obligations personnelles ou familiales, pour des vacances ou à la suite d'un conflit de travail. Cette catégorie n'inclut pas les personnes mises à pied ou entre deux emplois occasionnels, ni celles qui n'avaient pas d'emploi à ce moment-là (même si elles avaient un emploi devant commencer à une date ultérieure).
Taux d'emploi

Personnes occupées au cours de la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011, exprimé en pourcentage de la population totale âgée de 15 ans et plus.

Le taux d'emploi pour un groupe donné (âge, sexe, état matrimonial, région géographique, etc.) correspond au nombre de personnes occupées dans ce groupe, exprimé en pourcentage de la population totale de ce groupe.

Profession

Désigne le genre de travail exécuté par les personnes pendant la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011, défini d'après le type d'emploi occupé par le répondant et la description des tâches les plus importantes qui s'y rattachent.

Les données sur la profession de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 sont produites en fonction de la Classification nationale des professions (CNP) 2011. La CNP de 2011 est composée de quatre niveaux d'agrégation. Elle comprend 10 grandes catégories professionnelles englobant 40 grands groupes, lesquels comprennent à leur tour 140 groupes intermédiaires. Ces groupes intermédiaires renferment 500 groupes de bases. Les titres de professions sont classés selon le niveau de scolarité, de formation ou de compétence nécessaire pour exercer cette profession, ainsi que le genre de travail exécuté, déterminé d'après les tâches, les fonctions et les responsabilités reliées au poste.

Niveau de compétences professionnelles

L'ENM permet d'assigner un niveau de compétences pour chacune des professions. On compte quatre niveaux de compétences professionnelles et le niveau A est souvent divisé en deux sous-groupes :

  • Niveau de compétences A de la CNP
    • a)1   Gestion
    • a)2   Personnel professionnel : professions qui exigent habituellement une formation universitaire.
  • Niveau de compétences B de la CNP : professions qui exigent habituellement une formation collégiale ou un programme d'apprentissage.
    Professions de niveau B formant chacun des sous-groupes du tableau :
    • Professions exigeant habituellement un niveau d'éducation collégial : additionner les sous-groupes 12, 13, 22, 32, 42, 43 et 52.
    • Métiers des industries de la construction et d'opération d'équipement : additionner les sous-groupes  72 et 73.
    • Professions de supervision : additionner les sous-groupes 62, 63, 82 et 92.
  • Niveau de compétences C de la CNP : professions qui exigent habituellement une formation de niveau secondaire ou une formation spécifique à la profession.
  • Niveau de compétences D de la CNP : professions pour lesquelles une formation en cours d'emploi est habituellement donnée.
Plus haut niveau de scolarité atteint

Le terme « Plus haut niveau de scolarité atteint » utilisé dans ce document désigne le « Plus haut certificat, diplôme ou grade » obtenu par une personne. La part de la population ayant obtenu chaque type de scolarité noté est la part de personnes l'ayant obtenu à titre de plus haut certificat, diplôme ou grade.

« Plus haut certificat, diplôme ou grade » est une variable dérivée obtenue à partir des réponses aux questions sur les titres scolaires où l'on demandait de déclarer tous les certificats, diplômes ou grades obtenus. 

Dans ce document, les catégories suivantes ont été utilisées :

  • Aucun certificat, diplôme ou grade
  • Diplôme d'études secondaires ou l'équivalent
  • Certificat ou diplôme d'apprenti inscrit ou d'une école de métiers
  • Certificat ou diplôme d'un collège, d'un cégep ou d'un autre établissement d'enseignement non universitaire
  • Qualifications universitaires : certificat ou diplôme universitaire inférieur au baccalauréat; certificat, diplôme ou grade universitaire au niveau du baccalauréat ou supérieur; baccalauréat; certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat; diplôme en médecine; en médecine dentaire; en médecine vétérinaire ou en optométrie; maîtrise; doctorat acquis.

Dans le présent document, certains noms de catégories ont été raccourcis pour faciliter leur utilisation dans le texte et les graphiques. Voici une liste des noms raccourcis :

  1. L'expression « diplôme d'études collégiales » s'entend d'un « certificat ou d'un diplôme d'un collège, d'un cégep ou d'un autre établissement non universitaire ».
  2. L'expression « certificat d'une école de métiers » s'entend d'un « certificat ou d'un diplôme d'apprenti ou d'une école de métiers » et regroupe les « certificats d'apprenti inscrit » et les « certificats d'une école de métiers autres que les certificats d'apprenti inscrit ».

Veuillez noter que « Qualifications universitaires » comprenait une proportion de 4,9 % d'adultes âgés de 25 à 64 ans ayant obtenu un certificat ou un diplôme inférieur au baccalauréat en 2011. Les comparaisons avec d'autres sources de données indiquent que la catégorie « Certificat ou diplôme universitaire inférieur au baccalauréat » a été surdéclarée lors de l'ENM. Il est donc recommandé aux utilisateurs d'interpréter les résultats de cette catégorie avec prudence. Pour des explications détaillées sur les concepts et plus d'information sur la qualité des données, veuillez consulter les guides de référence sur le site Web du Programme du recensement.

Secteur industriel

La nature générale de l'activité de l'établissement où travaillait la personne.

Les données sur l'industrie de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 sont produites en fonction du SCIAN 2007. Ce dernier, qui assure une meilleure comparabilité entre les données sur l'industrie des trois partenaires de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) (Canada, États-Unis et Mexique), consiste en un répertoire systématique et détaillé des industries regroupées en 20 secteurs, 102 sous-secteurs et 324 groupes d'industrie. Les critères utilisés pour créer ces catégories sont la similitude des structures d'intrants, des qualifications de la main-d'œuvre ou des processus de production utilisés par l'établissement.

Mobilité – Lieu de résidence 5 ans auparavant

Désigne le statut d'une personne tel que déterminé par le lien entre le domicile de résidence le jour de référence, le 10 mai 2011 et son domicile à la même date, cinq ans plus tôt. Il s'agit d'une personne n'ayant pas déménagé si son domicile n'a pas changé dans l'intervalle; autrement, il s'agit d'une personne ayant déménagé. La catégorie des personnes ayant déménagé comprend les non-migrants et les migrants. Les non-migrants sont des personnes ayant déménagé, mais qui sont demeurées dans la même cité, ville, du même canton ou village, ou la même réserve indienne. Parmi les migrants figurent les migrants internes qui sont déménagés dans une cité, une ville, un canton, un village ou une réserve indienne différente au Canada. Les migrants externes comprennent les personnes qui vivaient à l'extérieur du Canada à la date de référence antérieure.

Fin de l’encadré 2.

Renseignements supplémentaires

Des renseignements supplémentaires sur le travail se trouvent dans les Tableaux de données de l'ENM, nos 99-012-X2011033 à 99-012-X2011039 et 99-012-X2011051 à 99-012-X2011054 au catalogue, le Profil de l'ENM, no 99-010-X au catalogue, ainsi que dans la Série « Perspective géographique » de l'ENM, no 99-010-X2011005 au catalogue.

Pour obtenir des détails au sujet des concepts, des définitions, des univers, des variables et des termes géographiques utilisés dans l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, veuillez consulter le Dictionnaire de l'Enquête nationale auprès des ménages, no 99-000-X au catalogue. Pour des explications détaillées sur les concepts et des renseignements sur la qualité des données, veuillez vous reporter aux guides de référence sur le site Web du Programme du recensement.

Note aux lecteurs

Arrondissement aléatoire et répartitions en pourcentage : Afin de protéger le caractère confidentiel des renseignements recueillis lors de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 tout en maintenant la qualité des résultats, on applique une méthode qui consiste à arrondir de façon aléatoire les valeurs présentées dans les cellules individuelles. Par conséquent, lorsque ces données sont totalisées ou regroupées, la valeur totale peut ne pas correspondre à la somme des valeurs individuelles, étant donné que le total et les totaux partiels sont arrondis séparément. De même, la somme des répartitions en pourcentage, qui sont calculées à partir de données arrondies, ne correspond pas nécessairement à 100 %.

En raison de l'arrondissement aléatoire, les estimations et les pourcentages peuvent varier légèrement entre différents produits de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, notamment les documents analytiques et les tableaux de données.

Comparabilité entre les estimations du questionnaire complet du Recensement de 2006 et les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Les utilisateurs doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils comparent les estimations du questionnaire complet du Recensement de 2006 avec les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, car ces deux sources de données représentent des populations différentes. La population cible du questionnaire complet du Recensement de 2006 comprend les résidents habituels dans les logements collectifs et les personnes vivant à l'étranger, alors que la population cible de l'ENM les exclut. De plus, les estimations de l'ENM sont dérivées d'une enquête à participation volontaire, et elles peuvent par conséquent, comporter davantage d'erreurs dues à la non-réponse que les estimations dérivées du questionnaire complet du Recensement de 2006.

Comparabilité entre les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et de celles de l'Enquête sur la population active : L'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et l'Enquête sur la population active (EPA) recueillent toutes deux de l'information sur le statut d'activité de la population. Au niveau national et provincial, la plupart des estimations sur le statut d'activité, portant sur la même période, sont semblables entre les deux enquêtes. Cependant, il existe des différences conceptuelles entre les deux enquêtes. Pour plus d'information sur la comparabilité entre les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et celles de l'Enquête sur la population active, veuillez consulter l'annexe 2.1 du Dictionnaire de l'Enquête nationale auprès des ménages, no 99-000-X au catalogue.

De plus, les utilisateurs doivent noter qu'en mai 2011 il y avait un écart de deux semaines entre la période de référence des deux enquêtes. Dans le passé, l'écart entre les périodes de référence le l'EPA et du recensement n'était que d'une semaine. Cet écart supplémentaire est survenu durant une période cruciale de l'année, où les jeunes finissaient ou étaient sur le point de finir leur année scolaire et où les périodes de recherche d'emploi et d'embauche allaient débuter. À noter qu'en mai 2011, les écarts entre les deux enquêtes, en ce qui concerne les taux d'emploi et la participation des personnes âgées de 15 à 24 ans, plus particulièrement les personnes âgées de 15 à 19 ans, étaient plus élevés que durant les cycles précédents.

Remerciements

Ce rapport a été rédigé par Diane Galarneau, de la Division de la statistique du travail de Statistique Canada, avec la collaboration de membres de la Division de la statistique du travail, du personnel du Secrétariat des domaines spécialisés du recensement, de la Division de la géographie, de la Division des opérations du recensement, de la Division de la diffusion et de la Division des communications de Statistique Canada.

Date de modification :