Le niveau de scolarité et la profession des Canadiens à revenu élevé

Encadré 1 : Enquête nationale auprès des ménages

Ceci est la troisième diffusion de données de l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM). Environ 4,5 millions de ménages à travers le pays ont été sélectionnés pour l'ENM, ce qui représentait environ le tiers de tous les ménages.

Le présent article de l'ENM en bref ainsi que l'article Les résidents des quartiers à faible revenu, no 99-014-X2011003 au catalogue, s'ajoutent au document analytique La composition du revenu au Canada, no 99-014-X2011001 au catalogue.

Des renseignements supplémentaires sur l'Enquête nationale auprès des ménages sont présentés dans le Guide de l'utilisateur de l'Enquête nationale auprès des ménages, no 99-001-X au catalogue. Des renseignements sur la qualité et la comparabilité des données de l'ENM sur le revenu figurent dans le Guide de référence sur le revenu, Enquête nationale auprès des ménages, no 99-014-X2011006 au catalogue.

Fin de l’encadré 1.

Les 10 % des Canadiens ayant les revenus les plus élevés gagnaient plus de 80 400 $

Selon les données de l'ENM de 2011, 10 % des CanadiensNote 1 avaient des revenus totaux de plus de 80 400 $Note 2 en 2010Note 3, ce qui représente presque le triple du revenu médian national de 27 800 $Note 4. Pour se retrouver dans le palier supérieur de 5 %, les Canadiens devaient avoir un revenu total dépassant légèrement 102 300 $, et pour se retrouver dans le palier supérieur de 1 %, ils devaient gagner un peu plus de 191 100 $, soit près de sept fois le revenu médian national.

Les Canadiens du palier supérieur de 10 % ayant le revenu le plus élevé, gagnaient en moyenne 134 900 $, ceux du palier supérieur de 5 % gagnaient un tiers de plus (179 800 $), et les Canadiens du palier supérieur de 1 % recevaient près du triple de ce montant (381 300 $). Par ailleurs, les personnes du palier inférieur de 90 % avaient un revenu moyen de 28 000 $.

Les Canadiens à revenu élevé avaient tendance à être des hommes, à vivre en couple marié ou en union libre, à être en fin de période d'âge mûr et à vivre dans une grande RMR

Les hommes représentaient 79,5 % des personnes gagnant les revenus les plus élevés du palier supérieur de 1 %, alors qu'ils constituaient 74,4 % et 69,1 % des paliers supérieurs de 5 % et de 10% respectivement en 2010. Chez les Canadiens du palier supérieur de 1 %, 61,9 % avaient de 45 à 64 ans. Pour les paliers supérieurs de 10 % et de 5 %, 55,0 % et 58,1 % faisaient partie de ce même groupe d'âge. Une grande majorité de personnes du palier supérieur de 1 % (83,9 %) étaient mariées ou vivaient en union libre et habitant ensemble.

L'Ontario et l'Alberta représentaient 64,0 % des personnes du palier supérieur de 1 %. De l'ensemble des provinces et des territoires, c'est l'Alberta qui avait la plus forte proportion de sa population dans le palier supérieur de 1 % en 2010 (2,0 %).

En ce qui concerne les régions métropolitaines de recensement (RMR), plus de la moitié des personnes du palier supérieur de 1 % vivaient à Toronto, Montréal, Calgary ou Vancouver. En tête de toutes les RMR, 2,9 % des résidents de Calgary faisaient partie de la proportion de 1 % des Canadiens les mieux nantis. Suivaient les résidents de Toronto (1,6 %), d'Edmonton (1,5 %) et de Vancouver (1,2 %).

Les Canadiens à revenu élevé sont plus susceptibles que les autres d'être très instruits

Les Canadiens à revenu élevé avaient tendance à être très instruits. Plus des deux tiers (67,1 %) des personnes du palier supérieur de 1 % détenaient un grade universitaire, comparativement à 54,6 % de celles du palier supérieur de 5 %, à 50,3 % de celles du palier supérieur de 10 % et à 20,9 % de l'ensemble des Canadiens âgés de 15 ans et plus.

Les Canadiens ayant un haut niveau de scolarité sont également plus portés à avoir des revenus élevés. Près d'un détenteur de grade universitaire sur quatre (24,1 %) figurait dans le palier supérieur de 10 % en 2010.

En revanche, un détenteur de certificat ou diplôme postsecondaire inférieur au baccalauréat sur dix faisait partie du palier supérieur de 10 %, tandis qu'un peu moins d'un titulaire de diplôme d'études secondaires sur vingt faisait partie de ce groupe, de même qu'une personne sur cinquante pour la population n'ayant aucun certificat, diplôme ou grade.

Les détenteurs d'un grade universitaire avaient également les revenus médians les plus élevés comparativement aux personnes ayant d'autres niveaux de scolarité. Leurs revenus médians se situaient respectivement à 105 800 $, 137 300 $ et 271 600 $ dans les paliers supérieurs de 10 %, 5 % et 1 %.

Les Canadiens ayant un certificat ou diplôme postsecondaire inférieur au baccalauréat avaient le plus faible revenu médian de tous les groupes de scolarité des paliers supérieurs de 10 %, 5 % et 1 % (99 800 $, 125 700 $ et 248 700 $ respectivement)Note 5.

Dans l'ensemble, 20,1 % des Canadiens âgés de 15 ans et plus n'avaient aucun certificat, diplôme ou grade. La proportion baissait à moins de 4 % pour les Canadiens faisant partie des paliers supérieurs de 10 %, 5 % et 1 % (3,9 %, 3,5 % et 3,0 % respectivement).

Alors que moins de 4 % des personnes du palier supérieur de 1 % n'avaient pas de certificat, diplôme ou grade (pas de diplôme d'études secondaires), leur revenu médian (262 700 $) était supérieur à celui des personnes du palier supérieur de 1 % détenant un certificat ou un diplôme postsecondaire inférieur au baccalauréat (248 700 $) et inférieur à celui des détenteurs d'un grade universitaire (271 600 $). Cependant, en ce qui concerne les revenus moyens, dans le palier supérieur de 1 %, les personnes sans certificat, diplôme ou grade (pas de diplôme d'études secondaires) avaient le revenu moyen le plus élevé (405 100 $) de tous les groupes de scolarité.

La plupart des diplômés postsecondaires faisant partie du palier supérieur de 1 % avaient étudié dans trois grands domaines : affaires, santé et génie

Chez les personnes du palier supérieur de 1 %, 87,4 % avaient un titre postsecondaire. De ces personnes, plus de la moitié (55,1 %) avaient étudié dans un des trois principaux domaines : affaires (29,2 %), santé (14,5 %) ou génie (11,4 %). Il s'agissait également des trois domaines d'études les plus courants pour les diplômés postsecondaires des autres groupes à revenus élevés, représentant 46,2 % du palier supérieur de 5 % et 41,7 % du palier supérieur de 10 %.

De tous les domaines d'études, les diplômés postsecondaires des programmes de résidence en médecine, en médecine dentaire et en médecine vétérinaire étaient les plus nombreux à faire partie du palier supérieur de 1 %, dans une proportion de 25,7 %. Suivaient les professions juridiques et les études en droit, où 7,4 % des diplômés de ce grand domaine d'études se retrouvaient dans le palier supérieur de 1 %.

La plupart des travailleurs du palier supérieur de 1 % exerçaient une profession dans le domaine de la gestion ou de la santé

La grande majorité des travailleurs (87,7 %) du palier supérieur de 1 % travaillaientNote 6 dans cinq des dix grands groupes de professionsNote 7 : gestion (38,8 %), secteur de la santé (14,3 %), affaires, finance et administration (13,7 %), enseignement, droit et services sociaux, communautaires et gouvernementaux (11,0 %) et sciences naturelles et appliquées et domaines apparentés (9,9 %). Ces cinq groupes de professions représentaient 51,9 % de l'ensemble de la main-d'œuvre canadienne, 77,4 % des travailleurs du palier supérieur de 10 % et 79,7 % des travailleurs du palier supérieur de 5 %.

Chez les travailleurs du palier supérieur de 1 %, les personnes ayant un grade universitaire représentaient plus de 90 % des travailleurs de deux groupes de professions : secteur de la santé (97,7 %) et enseignement, droit et services sociaux, communautaires et gouvernementaux (93,9 %). Les revenus moyens des personnes du palier supérieur de 1 % de ces deux groupes de professions (333 600 $ et 365 800 $) étaient inférieurs aux revenus moyens de leurs homologues des professions en gestion et des professions des affaires, finance et administration (421 200 $ et 398 500 $). Les deux derniers groupes de professions avaient également une plus petite proportion de détenteurs de grade universitaire (61,1 % et 67,7 %).

Un travailleur sur cinq exerçant une profession de haute gestion faisait partie du palier supérieur de 1 %

Près de 5 % de l'ensemble des gestionnaires faisaient partie du palier supérieur de 1 %, comparativement à près de 20 % des cadres supérieursNote 8. Dans l'ensemble, les cadres supérieurs représentaient 43 % de tous les gestionnaires du palier supérieur de 1 % au Canada.

Les travailleurs du secteur de la santé se classaient en deuxième place pour ce qui est de leur probabilité de faire partie du palier supérieur de 1 %, dans une proportion légèrement supérieure à 3 %. Lorsque l'on examine de plus près les professions de ce groupeNote 9, on constate que les professionnels de la santé (sauf les soins infirmiers) étaient les plus susceptibles de faire partie du palier supérieur de 1 % (14,9 %).

Les cadres supérieurs du palier supérieur de 1 % avaient un revenu total moyen de 466 300 $, soit 23 % de plus que l'ensemble des travailleurs du palier supérieur de 1 % (380 400 $). En revanche, les professionnels de la santé (sauf les soins infirmiers) du palier supérieur de 1 % gagnaient en moyenne 334 300 $ (tableau 1).

Encadré 2 : Concepts et définitions

Le terme « Canadiens », dans ce document, désigne les Canadiens des ménages privés âgés de 15 ans et plus (nés avant le 10 mai 1996). L'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 a estimé 27 259 500 Canadiens âgés de 15 ans et plus vivant dans les ménages privés.

Scolarité : Le niveau de scolarité se mesure au moyen de la variable Plus haut certificat, diplôme ou grade, qui nous renseigne sur le plus haut certificat, diplôme ou grade obtenu par la personne. Cette variable dérivée est obtenue à partir des questions sur les titres scolaires, où les répondants devaient déclarer tous leurs certificats, diplômes et grades. Cet article de l'ENM en bref classe le niveau de scolarité en quatre catégories :

  • Études secondaires non terminées (aucun certificat, diplôme ou grade)
  • Diplôme d'études secondaires ou l'équivalent
  • Certificat ou diplôme d'études postsecondaires inférieur au baccalauréat : programme d'apprentissage ou certificat ou diplôme d'une école de métiers; certificat ou diplôme d'un collège, d'un cégep ou d'un autre établissement non universitaire; certificat ou diplôme universitaire inférieur au baccalauréat
  • Certificat, diplôme ou grade universitaire au niveau du baccalauréat ou à un niveau supérieur : baccalauréat; certificat ou diplôme universitaire supérieur au baccalauréat; diplôme en médecine, en médecine dentaire, en médecine vétérinaire ou en optométrie; maîtrise; doctorat acquis.

Tout au long du document, certains titres de catégories sont abrégés pour en faciliter l'utilisation dans le texte et les graphiques. Ces versions abrégées sont indiquées ci-après :

  1. Le terme « diplôme d'études secondaires » désigne « diplôme d'études secondaires ou l'équivalent ».
  2. Le terme « grade universitaire » renvoie à « certificat ou diplôme universitaire de niveau baccalauréat ou supérieur ».
  3. Les termes « titres postsecondaires » ou « titres scolaires du niveau postsecondaire » comprennent « certificat ou diplôme d'études postsecondaires inférieur au baccalauréat » et « grade universitaire ».

Le revenu désigne le revenu total avant impôt sans les gains en capital tout au long de cet article. Des renseignements détaillés sur les composantes du revenu sont disponibles dans le document analytique sur l'ENM intitulé La composition du revenu au Canada, no 99-014-X2011001 au catalogue.

Les données sur le revenu recueillies dans le cadre de l'ENM de 2011 visent le revenu que les personnes ont gagné durant l'année précédente (2010), tandis que les données pour les caractéristiques telles que l'âge ou la scolarité désignent celles recueillies pour la date de référence de l'ENM, le 10 mai 2011.

Le seuil de revenu est basé sur le classement des Canadiens dans la répartition du revenu par personne. Les personnes qui avaient un revenu nul ou négatif ont été incluses dans la répartition du revenu et représentaient 4,9 % de la population.

Le revenu médian est le niveau de revenu où une moitié de la population a gagné le même montant ou plus. De même, le seuil de revenu du palier supérieur de 10 % est le 90e percentile ou le niveau de revenu qui a été dépassé par un dixième de la population. Le palier inférieur de 90 % désigne alors les personnes dont le revenu se situe au-dessous du 90e percentile.

Le principal domaine d'études désigne la principale discipline ou le principal domaine dans lequel la personne a fait ses études ou reçu sa formation et obtenu son plus haut certificat, diplôme ou grade postsecondaire, selon la Classification des programmes d'enseignement (CPE) Canada 2011.

Tout au long du document, certains titres de catégories sont abrégés pour en faciliter l'emploi dans le texte et les graphiques. Ces formes abrégées sont décrites ci-après :

  1. Le terme « domaine des affaires » désigne le principal domaine d'études « commerce, gestion, marketing et services de soutien connexes ».
  2. Le terme « secteur de la santé » désigne le principal domaine d'études des « professions dans le domaine de la santé et les programmes connexes ».

La profession a été classée en fonction de la Classification nationale des professions (CNP) 2011. La CNP 2011 comporte quatre niveaux d'agrégation, dont les deux premiers niveaux ont été utilisés dans l'analyse du présent document. D'après les deux premiers niveaux d'agrégation, il y a 10 grandes catégories professionnelles, qui sont subdivisées en 40 grands groupes. Les groupes de professions dans cet article désignent les grandes catégories professionnelles à un chiffre, tandis que les sous-groupes de professions désignent les grands groupes à deux chiffres de la CNP 2011.

Une liste complète de tous les groupes et sous-groupes professionnels se trouve dans la Classification nationale des professions (CNP), no 12-583-XWF au catalogue. La profession se rapporte habituellement à l'emploi de la personne pendant la semaine du dimanche 1er mai au samedi 7 mai 2011. Cependant, si la personne ne travaillait pas cette semaine-là, mais qu'elle avait travaillé à un moment donné depuis le 1er janvier 2010, les renseignements portent sur l'emploi le plus long pendant cette période.

Le terme « travailleurs » désigne les personnes qui ont répondu « en 2010 » ou « en 2011 » à la question « Quand cette personne a-t-elle travaillé la dernière fois à un emploi salarié ou à son compte, ne serait-ce que quelques jours? ». Les personnes qui ont répondu « avant 2010 » ou « jamais » n'avaient pas à répondre aux questions sur la profession, ainsi il n'y avait aucun renseignement sur leur profession.

Fin de l’encadré 2.

Renseignements supplémentaires

Des renseignements supplémentaires sur le revenu se trouvent dans les Tableaux de données de l'ENM, nos 99-014-X2011032 jusqu'à 99-014-X2011044 au catalogue, le Profil de l'ENM, no 99-004-X au catalogue, ainsi que dans la Série « Perspective géographique » de l'ENM, no 99-010-X2011005 au catalogue.

Une carte thématique sur les Canadiens à revenu élevé est offerte : Pourcentage de la population dans les cinq pour cent supérieurs du revenu total en 2010 selon les divisions de recensement (DR) de 2011.

Pour obtenir des détails au sujet des concepts, des définitions, des univers, des variables et des termes géographiques utilisés dans l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, veuillez consulter le Dictionnaire de l'Enquête nationale auprès des ménages, no 99-000-X au catalogue. Pour des explications détaillées sur les concepts et des renseignements sur la qualité des données, veuillez vous reporter aux guides de référence sur le site Web du Programme du recensement.

Note aux lecteurs

Arrondissement aléatoire et répartitions en pourcentage : Afin de protéger le caractère confidentiel des renseignements recueillis lors de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 tout en maintenant la qualité des résultats, on applique une méthode qui consiste à arrondir de façon aléatoire les valeurs présentées dans les cellules individuelles. Par conséquent, lorsque ces données sont totalisées ou regroupées, la valeur totale peut ne pas correspondre à la somme des valeurs individuelles, étant donné que le total et les totaux partiels sont arrondis séparément. De même, la somme des répartitions en pourcentage, qui sont calculées à partir de données arrondies, ne correspond pas nécessairement à 100 %.

En raison de l'arrondissement aléatoire, les estimations et les pourcentages peuvent varier légèrement entre différents produits de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011, notamment les documents analytiques et les tableaux de données.

Comparabilité entre les estimations du questionnaire complet du Recensement de 2006 et les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : Les utilisateurs doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils comparent les estimations du questionnaire complet du Recensement de 2006 avec les estimations de l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, car ces deux sources de données représentent des populations différentes. La population cible du questionnaire complet du Recensement de 2006 comprend les résidents habituels dans les logements collectifs et les personnes vivant à l'étranger, alors que la population cible de l'ENM les exclut. De plus, les estimations de l'ENM sont dérivées d'une enquête à participation volontaire, et elles peuvent par conséquent, comporter davantage d'erreurs dues à la non-réponse que les estimations dérivées du questionnaire complet du Recensement de 2006.

Comparabilité des estimations du revenu : Lorsqu'ils comparent les indicateurs de revenu d'une source à une autre, les utilisateurs doivent savoir que la méthode de collecte de l'information, les concepts utilisés et la structure des réponses peuvent avoir une incidence sur la comparabilité de l'information sur le revenu. Étant donné la sensibilité de la plupart des indicateurs du revenu à ce genre de différences méthodologiques, les utilisateurs doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils comparent les estimations du revenu de l'ENM à d'autres enquêtes sur le revenu des ménages, à des données administratives ou au Recensement de 2006 et aux recensements précédents. Dans cet article de l'ENM en bref, aucune comparaison n'est présentée.

Remerciements

Ce rapport a été rédigé par les membres du personnel de la Division de la statistique du revenu de Statistique Canada, avec la collaboration du personnel du Secrétariat des domaines spécialisés du recensement, de la Division de la géographie, de la Division des opérations du recensement, de la Division de la diffusion et de la Division des communications de Statistique Canada.

Date de modification :