Statistique Canada
Symbole du gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Avertissement Consulter la version la plus récente.

Contenu archivé

L'information indiquée comme étant archivée est fournie aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Annexe E
Comparabilité des données du recensement sur l'activité avec celles des recensements antérieurs (de 1971 à 2006) et celles de l'Enquête sur la population active

Comparabilité des données des divers recensements

Les concepts du recensement relatifs à l'« Activité » sont demeurés assez semblables depuis 1971. Cependant, certains changements ont été apportés au fil du temps en ce qui a trait aux questions posées de même qu'aux concepts (changements mineurs dans ce dernier cas). Il faut tenir compte de ces différences lorsque vient le temps de comparer des données provenant de deux recensements ou plus. Des variables tenant compte du plus grand nombre possible de ces différences sont mises à la disposition de l'utilisateur qui désire faire des comparaisons historiques relatives aux données sur l'activité remontant aussi loin que 1971. Pour plus de renseignements, se reporter à la définition Activités sur le marché du travail : Activité historique (selon les concepts de 1971).

Population

Depuis 1981, les données sur l'activité ont été recueillies pour les personnes âgées de 15 ans et plus, à l'exclusion des pensionnaires d'un établissement institutionnel. En 1976 et 1971, les pensionnaires d'un établissement institutionnel ont été classés dans la catégorie « Inactifs ».

Personnes occupées

Depuis 1971, les personnes suivantes sont considérées comme « personnes occupées »:

  • les personnes ayant travaillé contre rémunération ou à leur compte au cours de la semaine de référence;
  • les personnes ayant un emploi, mais n'ayant pas travaillé au cours de la semaine de référence;
  • les personnes ayant travaillé sans rémunération dans une entreprise, une ferme familiale ou dans l'exercice d'une profession au cours de la semaine de référence.

En 1971, les données ont été recueillies au moyen de trois questions distinctes. Les travailleuses agricoles ayant travaillé dans la ferme familiale moins de 20 heures par semaine « sans être rémunérées » étaient exclues de la catégorie « Personnes occupées » et classées dans le groupe « Inactifs ». De même, en 1971, les personnes ayant indiqué qu'elles étaient à la fois « absentes du travail » et « à la recherche d'un emploi » étaient considérées comme « chômeurs ».

En 1976, les travailleuses agricoles ayant travaillé moins de 20 heures par semaine sans être rémunérées étaient considérées comme des personnes occupées. En outre, les personnes qui étaient à la fois « absentes du travail » et « à la recherche d'un emploi » ont été incluses dans le groupe « Personnes occupées ».

En 1981, une seule question sur le nombre d'heures travaillées au cours de la semaine de référence a été posée. Les questions pour déterminer les personnes mises à pied temporairement ou absentes de leur travail ou de l'entreprise ont aussi été modifié. Les absences pour suivre des cours de formation devaient être payées pour être considérées comme des absences du travail.

Haut de la page

Chômeurs

Depuis 1971, le concept de chômage a subi plusieurs modifications. En 1971, la catégorie « Chômeurs » comprenait deux groupes : les personnes ayant cherché du travail au cours de la semaine de référence et les personnes qui étaient mises à pied temporairement au cours de cette semaine-là. Selon le Guide du Recensement de 1971, les recensés devaient cocher « Oui » à la question relative à la « recherche d'un emploi » dans le cas où ils auraient cherché du travail, mais ne l'ont pas fait parce qu'ils étaient temporairement malades ou qu'ils croyaient qu'aucun emploi ne s'offrait à eux au sein de leur communauté. Le guide indiquait également que les recensés devaient se considérer comme étant mis à pied seulement s'ils étaient dans cette situation depuis 30 jours ou moins.

En 1976, deux nouvelles questions se sont ajoutées au questionnaire afin de déterminer la population des chômeurs. La première question demandait au recensé s'il était prêt à travailler au cours de la semaine de référence. Selon le guide du recensement, les personnes qui étaient encore aux études, celles qui avaient déjà un emploi, celles qui étaient temporairement malades et celles qui avaient des responsabilités familiales ou personnelles devaient se considérer comme n'étant pas prêtes à travailler. Les personnes qui n'étaient pas prêtes à travailler ont été classées dans la catégorie « Inactifs ». La question demandant si les recensés étaient prêts à travailler a été posée uniquement aux personnes ayant cherché du travail au cours de la semaine de référence. À la deuxième question, les recensés devaient indiquer s'ils avaient pris des dispositions pour commencer un nouvel emploi à une date ultérieure. Outre ces nouvelles questions, une nouvelle restriction en matière de traitement a été appliquée. Les personnes mises à pied ou devant commencer un nouvel emploi, qui avaient fréquenté à plein temps une école primaire ou secondaire à un moment quelconque depuis septembre 1975, étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler. Par conséquent, en 1976, les personnes étaient considérées comme chômeuses si elles avaient été mises à pied ou si elles devaient commencer un nouveau travail ultérieurement et si elles ne fréquentaient pas à plein temps une école primaire ou secondaire. Les personnes ayant cherché du travail au cours de la semaine de référence et qui étaient prêtes à travailler faisaient également partie des « chômeurs ».

En 1981, la période de référence pour la question sur la « recherche d'un emploi » a été allongée afin de correspondre aux quatre dernières semaines plutôt qu'à la seule semaine de référence. La question demandant aux recensés s'ils étaient « prêts à travailler » a été modifié pour inclure les catégories de réponses plus détaillées comprises dans le guide, c'est à dire avait déjà un emploi; temporairement malade ou invalide; pour des raisons personnelles ou familiales; allait à l'école; autres raisons. Les personnes ayant indiqué « allait à l'école » ou « autres raisons » étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler. On a reformulé la question sur le « nouvel emploi à entreprendre à une date ultérieure » afin de préciser que cet emploi devait commencer au cours des quatre semaines suivant la semaine de référence. Les questions pour déterminer les personnes mises à pied temporairement ou absentes de leur travail ou de l'entreprise ont aussi été modifié. Pour les mises à pied, la période de référence a été étendue à 26 semaines. Comme en 1976, les personnes mises à pied ou devant commencer un nouveau travail étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler si elles avaient fréquenté à plein temps une école primaire ou secondaire à un moment quelconque depuis septembre 1980. Les personnes ayant « cherché du travail » qui ont répondu qu'elles « allaient à l'école » ou qu'elles avaient d'« autres raisons » étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler, peu importe si elles étaient mises à pied ou si elles devaient entreprendre un nouveau travail.

En 1986, la période de référence pour les mises à pied temporaires a été supprimée et l'énoncé accessoire « d'un emploi auquel je compte retourner » a été ajouté au questionnaire. Aucune question sur la fréquentation scolaire ne figurait dans le questionnaire de 1986. Il était donc impossible d'appliquer le critère de la fréquentation scolaire aux personnes mises à pied ou devant entreprendre un nouvel emploi.

En 1991, la question sur la fréquentation scolaire figure de nouveau dans le questionnaire. En outre, depuis 1991, les personnes mises à pied ou devant commencer un nouveau travail ou qui avaient cherché du travail à plein temps au cours des quatres dernières semaines et qui avaient fréquenté à plein temps une école primaire ou secondaire étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler et, conséquemment, inactifs.

En 2006, la question sur la fréquentation scolaire a été modifiée de sorte que les élèves n'ayant pas fréquenté une école à plein temps n'étaient plus classés séparément de ceux l'ayant fait à plein temps. Conséquemment, en 2006, tous les élèves qui n'étaient pas occupées et qui fréquentaient une école primaire ou secondaire depuis le mois de septembre 2005 étaient considérés comme n'étant pas prêts à travailler et étaient classés dans la catégorie « Inactifs ».

Haut de la page

Inactifs

Les personnes âgées de 15 ans et plus qui ne sont ni « occupées » ni « chômeuses » se classent dans la catégorie « Inactifs ». Pour ce groupe, les principaux changements au fil des ans sont :

  • l'inclusion des travailleuses agricoles ayant travaillé dans une ferme familiale moins de 20 heures par semaine sans être rémunérées en 1971;
  • l'inclusion des pensionnaires d'un établissement institutionnel en 1976 et 1971;
  • l'inclusion des personnes ne faisant pas partie de la catégorie « Chômeurs » parce qu'elles étaient considérées comme n'étant pas prêtes à travailler.

Comparabilité avec les données de l'Enquête sur la population active

Le recensement et l'Enquête sur la population active (EPA) recueillent des données sur l'activité sur le marché du travail des personnes âgées de 15 ans et plus, à l'exclusion des pensionnaires d'un établissement institutionnel, pendant la semaine précédant les enquêtes. Selon leurs activités, les personnes sont classées dans une des catégories suivantes : « Personnes occupées », « Chômeurs » ou « Inactifs ».

Toutefois, même si les deux enquêtes mesurent l'activité sur le marché du travail, il existe plusieurs différences fondamentales entre le recensement et l'EPA :

  • la méthode de dénombrement;
  • la couverture;
  • la taille de l'échantillon;
  • la période de référence;
  • le nombre et le contenu des questions.

1. Méthode de dénombrement

Au recensement, la majorité des personnes sont énumérées selon la méthode de l'autodénombrement, c'est-à-dire que les personnes remplissent leur questionnaire elles-mêmes. L'EPA est effectuée par des intervieweurs expérimentés qui utilisent les techniques d'interview assistée par ordinateur.

2. Couverture

Le recensement assure un dénombrement intégral de la population du Canada incluant les ménages vivant à l'extérieur du Canada qui sont membres du personnel diplomatique canadien et tous les autres employés du gouvernement canadien à l'étranger. Le recensement inclut les résidents non permanents (personnes qui sont titulaires d'un permis de travail, d'un permis d'études, ou qui revendiquent le statut de réfugié).

L'Enquête sur la population active comprend les résidents non permanents, mais ne comprend pas les personnes habitant dans les réserves indiennes et autres établissements indiens, les membres à plein temps des forces armées et les pensionnaires d'un établissement institutionnel. Les ménages des membres du personnel diplomatique et autres employés du gouvernement canadien à l'étranger sont également exclus.

Haut de la page

3. Taille de l'échantillon

Un ménage sur cinq au Canada reçoit le questionnaire complet (formule 2B) du recensement, qui contient les questions qui permettent de dériver l'activité sur le marché du travail, sauf dans les régions du Nord, les régions éloignées et les réserves indiennes où tous les ménages reçoivent ce questionnaire afin d'améliorer la précision des données pour les populations considérées trop petites pour être échantillonnées.

L'EPA est une enquête basée sur un échantillon d'environ 53 000 ménages au Canada.

4. Période de référence

La période de référence pour le recensement était la semaine allant du dimanche 7 mai au samedi 13 mai 2006. La semaine de référence pour l'Enquête sur la population active de mai 2006 était la semaine allant du dimanche 14 mai au samedi 20 mai.

5. Nombre et contenu des questions

Le questionnaire du recensement comprend cinq questions sur l'activité sur le marché du travail portant sur : le nombre d'heures travaillées à un emploi salarié ou à son compte, la mise à pied temporaire ou l'absence du travail ou de l'entreprise, l'existence d'arrangements définis en vertu desquels la personne devait se présenter à un nouvel emploi au cours des quatre semaines suivantes, la recherche d'un emploi salarié (à plein temps ou à temps partiel) au cours des quatre semaines précédentes et la disponibilité de la personne pour commencer à travailler la semaine précédente si un emploi avait été disponible. Il y a trois séquences de questions possibles selon la situation du répondant. Par exemple, un répondant qui a indiqué avoir travaillé une heure ou plus durant la semaine de référence n'est pas tenu de répondre aux quatre autres questions.

L'EPA contient une vingtaine de questions et plusieurs séquences dans lesquelles les questions peuvent être posées en totalité, ou en partie. L'interview est assistée par ordinateur, ce qui offre la possibilité d'adapter la séquence et le contenu des questions aux répondants. Cette méthode permet aussi de clarifier et de corriger les réponses au fur et à mesure que l'interview se déroule.

L'EPA ayant plus de questions, l'assignation de la situation d'activité peut différer entre les deux enquêtes. Deux exemples de ces différences sont décrits ci-dessous :

a)   Travailleurs autonomes

Au recensement, les travailleurs autonomes qui manquaient de travail durant la semaine de référence et qui n'ont pas indiqué d'heures de travail et qui n'ont pas indiqué être absents de leur travail seraient classés comme étant « en chômage » ou « inactifs » selon leurs réponses aux autres questions.

L'EPA permet de coder ces mêmes travailleurs autonomes comme étant « occupés » s'ils ont donné comme raison d'absence qu'ils manquaient de travail durant la semaine de référence. Le recensement ne demande pas la raison de leur absence.

b)   Personnes mises à pied

Dans les deux enquêtes, les personnes mises à pied sont classées comme « chômeurs » si elles sont prêtes à travailler ou comme « inactifs » si elles ne sont pas prêtes à travailler durant la semaine précédant les enquêtes.

Selon l'EPA, les personnes mises à pied ont été renvoyées temporairement par leur employeur en raison de la conjoncture économique. Elles doivent avoir une date précise de retour au travail ou une indication qu'elles seront ultérieurement rappelées au travail. La période de mise à pied ne doit pas excéder un an et les travailleurs saisonniers ne sont pas inclus dans cette catégorie. Selon le recensement, les personnes mises à pied s'attendent à retourner à leur emploi. Il n'y a pas de limite spécifiée pour le retour au travail ainsi que pour la durée de la mise à pied. Les travailleurs saisonniers ne sont pas explicitement exclus de cette catégorie.

Si vous désirez plus de renseignements concernant l'Enquête sur la population active, veuillez consulter le Guide de l'Enquête sur la population active, no 71-543 au catalogue. Pour obtenir plus de renseignements concernant les données sur l'activité du recensement, veuillez communiquer avec les analystes du marché du travail du recensement.