Chiffres de population et des logements - Faits saillants en tableaux, Recensement de 2011

Notes

Réserves indiennes et établissements indiens partiellement dénombrés

En 2011, un total de 31 réserves indiennes et d'établissements indiens ont été « partiellement dénombrés ». Le dénombrement n'a pas été autorisé dans certaines réserves indiennes et dans certains établissements indiens ou a été interrompu avant d'être mené à terme, ou encore, a été impossible à cause de désastres naturels (plus précisément les incendies de forêt au nord de l'Ontario).

Comparé aux recensements précédents, le nombre de conseils de bande qui n'ont pas accordé la permission d'entrer sur leur territoire afin de mener le recensement a diminué, passant de 18 réserves indiennes et établissements indiens en 2006 à 14 en 2011.

Au moment de la collecte, le dénombrement a été impossible dans 13 réserves indiennes et établissements indiens à cause d'incendies de forêt au nord de l'Ontario. La collecte dans ces collectivités a été menée plus tard. Bien que les données ne soient pas comprises dans les totalisations du Recensement de 2011, on s'attend à ce que des tableaux spéciaux présentant les données pour ces collectivités soient offerts séparément plus tard, conditionnellement à l'évaluation de la qualité.

Les chiffres de population et des logements du Recensement de 2011 ne sont pas offerts pour les 31 réserves indiennes et établissements indiens partiellement dénombrés, et ne sont donc pas compris dans les totalisations du Recensement de 2011. Les données sur les régions géographiques comptant une ou plusieurs de ces réserves ou établissements font donc l'objet d'une note à cet effet. En raison des données manquantes, les utilisateurs doivent prendre note que les comparaisons (p. ex., des variations en pourcentage) entre 2006 et 2011 ne sont pas exactes pour les régions géographiques en cause. L'effet des données manquantes est très faible pour les régions géographiques de niveau plus élevé (Canada, provinces et territoires, régions métropolitaines de recensement et agglomérations de recensement), mais peut être important pour les régions plus petites où les réserves indiennes et les établissements indiens en cause représentent une plus grande proportion de la population.

Une liste des réserves indiennes et des établissements indiens partiellement dénombrés ainsi que des chiffres de population des deux derniers recensements (si les données sont disponibles) sont présentés à l'Annexe 1.

L'Annexe 2 présente une liste des réserves indiennes et des établissements indiens partiellement dénombrés pour le Recensement de 2011. On a indiqué pour chacun la province, la division de recensement et, le cas échéant, la région métropolitaine de recensement ou l'agglomération de recensement.

L'annexe 3 présente, par province et territoire, les résultats de l'estimation de la population pour les réserves indiennes et les établissements indiens partiellement dénombrés pour le Recensement de 2011. Veuillez noter que dans les provinces de l'Atlantique et dans les trois territoires, il n'y a pas de réserves indiennes ou d'établissements indiens partiellement dénombrés.

Résidents non permanents

Lors des recensements de la population de 1991 et 2011, les citoyens canadiens de naissance, les résidents permanents/immigrants et les résidents non permanents du Canada ont été dénombrés. Les résidents non permanents sont les personnes d'un autre pays qui, au moment du recensement, étaient titulaires d'un permis de travail ou d'un permis d'études, ou qui revendiquaient le statut de réfugié, ainsi que les membres de leur famille vivant avec elles au Canada. Lors des recensements de 1991, 1996 et 2001, les résidents non permanents comprenaient les personnes qui détenaient un permis ministériel; ce permis a été supprimé par Citoyenneté et Immigration Canada avant le Recensement de 2006.

Avant 1991, les résidents non permanents du Canada n'étaient pas inclus dans l'univers du recensement (exception faite pour 1941) et de ce fait non dénombrés.

La présence de résidents non permanents peut influer sur la demande de services gouvernementaux tels que les soins de santé, l'éducation, les programmes d'emploi et la formation linguistique. L'inclusion des résidents non permanents au recensement facilite la comparaison avec les statistiques provinciales et territoriales (mariages, divorces, naissances et décès) qui incluent cette population. En outre, l'inclusion des résidents non permanents permet au Canada de mieux refléter la recommandation de l'ONU, à savoir que les résidents à long terme (personnes demeurant dans un pays pour un an ou plus) soient dénombrés au recensement.

Depuis que le recensement a commencé à recueillir des données sur les résidents non permanents en 1991, leur proportion par rapport à l'ensemble de la population totale représente un peu mois de 1 %. Lors du Recensement de 2006, on comptait 265 360 résidents non permanents, ce qui représentait 0,8 % de la population totale.

Le total des chiffres de population, de même que ceux de toutes les variables, sont touchés par ce changement apporté aux univers du recensement. Les utilisateurs doivent faire preuve d'une très grande prudence lorsqu'ils comparent des données de 1991 à 2011 avec celles de recensements antérieurs pour des régions géographiques où la concentration de résidents non permanents est importante. Celles-ci comprennent les principales régions métropolitaines de recensement de l'Ontario, de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et du Québec.

Même si tous les efforts possibles ont été déployés pour dénombrer les résidents non permanents, des facteurs tels que les problèmes linguistiques et la réticence à remplir un formulaire du gouvernement ou de comprendre l'utilité de leur participation peuvent avoir influé sur le dénombrement de cette population. Pour 2011 les résidents non permanents seront identifiés grâce à l'Enquête nationale auprès des ménages. L'estimation du nombre de résidents non permanents ne pourra être connue avant la diffusion des données relatives à l'immigration en 2013.

Ajustement des chiffres de population

Statistique Canada prend des mesures supplémentaires afin de protéger la vie privée de tous les Canadiens et la confidentialité des données qu'ils fournissent. À ce titre, certains chiffres de population des secteurs géographiques sont ajustés afin d'assurer la confidentialité des données.

Dans le cas des îlots de diffusion dont la population est inférieure à 15 habitants, les chiffres de population totale sont arrondis à un multiple de 5. Les chiffres de population de toutes les régions géographiques normalisées de niveau supérieur à celui de l'îlot de diffusion sont calculés en additionnant les chiffres ajustés des îlots de diffusion. Toutefois, l'ajustement des chiffres des îlots de diffusion est contrôlé de sorte que les chiffres de population des aires de diffusion se situent toujours à plus ou moins 5 de la valeur réelle. L'ajustement n'aura pas d'incidence sur les chiffres de population des divisions de recensement et des grandes subdivisions de recensement. Les chiffres de population des circonscriptions électorales fédérales seront à plus ou moins 7 de la valeur réelle. Les chiffres des logements ne sont pas ajustés.

Date modified: