Recensement en bref
Le français, l’anglais et les minorités de langue officielle au Canada
La lettre « C » à l''intérieur d''un triangle jaune -  correction Mise à jour des données du recensement de 2016 sur la langue

Date de diffusion : le 2 août 2017 Mis à jour : le 31 août 2017

Faits saillants

  • On observe un recul du français comme langue maternelle et comme langue d’usage à la maison au Canada.
  • Au Canada hors Québec, la minorité de langue française définie selon la première langue officielle parlée est passée de 4,0 % en 2011 à 3,8 % en 2016.
  • La proportion de Canadiens ayant déclaré parler l’anglais à la maison est passée de 74,0 % en 2011 à 74,5 % en 2016, ce qui représente une hausse de 0,5 point de pourcentage.
  • Le poids relatif de la population de langue maternelle anglaise est en baisse au Canada.
  • Le poids relatif de la minorité de langue officielle au Québec était de 13,7 % en 2016, comparativement à 13,5 % en 2011.

Introduction

Dans un contexte de forte immigration et de grande diversité linguistique, le poids relatif du français et de l’anglais est susceptible de fléchir, particulièrement dans la sphère privée. Les données du Recensement de la population de 2016 permettent de confirmer l’augmentation du nombre de personnes de langues maternelles tiercesNote 1 au sein de la population canadienne et la baisse du poids relatif des groupes de langues maternelles française et anglaise.

Néanmoins, le français et l’anglais, les deux langues officielles du pays, continuent d’occuper une place importante dans la vie des Canadiens. Elles sont les langues de convergence et d’intégration à la société canadienne.

La situation du français diffère toutefois de celle de l’anglais. Les données sur la connaissance des langues officielles, sur la langue parlée à la maison et sur la première langue officielle parlée (PLOP) témoignent de la baisse du poids relatif du français dans la société canadienne. À l’inverse, l’anglais connaît une certaine croissance, particulièrement au Québec.

Le nombre de locuteurs du français est en croissance

En 2016, 29,8 % des Canadiens ont déclaré pouvoir soutenir une conversation en français, en baisse par rapport à 2011 (30,1 %). On a néanmoins observé une hausse de 400 000 personnes pouvant soutenir une conversation en français au cours de cette période, ce qui correspondait à près de 10,4 millions de personnes en 2016.  

Au Québec, 94,5 % de la population a déclaré pouvoir soutenir une conversation en français en 2016, une proportion semblable à celle observée au Recensement de 2011 (94,4 %). Cela représentait un peu plus de 7,6 millions de personnes en 2016.

À l’extérieur du Québec, la proportion de Canadiens ayant déclaré pouvoir soutenir une conversation en français est restée à peu près stable entre 2011 et 2016, alors que leur nombre s’est accru de 157 035 personnes.

Tableau 1
Capacité de soutenir une conversation en français, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Capacité de soutenir une conversation en français 2011 et 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage
Canada
Connaissance du français 9 960 590 30,1 10 360 760 29,8
Français seulement 4 165 015 12,6 4 144 690 11,9
Français et anglais 5 795 575 17,5 6 216 070 17,9
Total 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0
Québec
Connaissance du français 7 375 900 94,4 7 619 040 94,5
Français seulement 4 047 175 51,8 4 032 635 50,0
Français et anglais 3 328 725 42,6 3 586 405 44,5
Total 7 815 955 100,0 8 066 555 100,0
Canada hors Québec
Connaissance du français 2 584 690 10,2 2 741 720 10,3
Français seulement 117 840 0,5 112 055 0,4
Français et anglais 2 466 850 9,7 2 629 665 9,8
Total 25 305 220 100,0 26 700 695 100,0

Le français recule dans la sphère privée

En 2016, près de 8,2 millions de Canadiens ont déclaré parler le français à la maisonNote 2. Cela correspondait à 23,4 % de la population, en baisse par rapport à 2011, alors que 23,8 % des Canadiens avaient déclaré parler le français à la maison.

Tableau 2
Français parlé à la maison, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Français parlé à la maison 2011 et 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage
Canada
Uniquement 6 043 305 18,2 6 081 030 17,5
Surtout 784 560 2,4 862 775 2,5
À égalité 287 230 0,9 378 415 1,1
Régulièrement 777 095 2,3 829 905 2,4
Total (français) 7 892 190 23,8 8 152 115 23,4
Population totale 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0
Québec
Uniquement 5 687 005 72,8 5 741 620 71,2
Surtout 562 080 7,2 634 050 7,9
À égalité 201 290 2,6 268 420 3,3
Régulièrement 351 520 4,5 381 495 4,7
Total (français) 6 801 895 87,0 7 025 580 87,1
Population totale 7 815 950 100,0 8 066 560 100,0
Canada hors Québec
Uniquement 356 300 1,4 339 410 1,3
Surtout 222 480 0,9 228 725 0,9
À égalité 85 940 0,3 109 995 0,4
Régulièrement 425 575 1,7 448 410 1,7
Total (français) 1 090 295 4,3 1 126 535 4,2
Population totale 25 305 225 100,0 26 700 690 100,0

Dans l’ensemble du Canada, on observe une baisse du nombre et de la proportion de Canadiens ayant déclaré parler uniquement le français à la maison; le français est de plus en plus parlé conjointement avec une autre langue. Cette dernière observation reflète principalement la situation qui prévaut au Québec, province qui regroupe la majorité des locuteurs du français au pays. Il en va de même dans les autres provinces et territoires, mais dans une moindre mesure.

Baisse du poids démographique de la population de langue maternelle française

Le nombre de personnes de langue maternelle française est en croissance au Canada. Toutefois, dans un contexte d’immigration diversifiée sur le plan linguistique, leur poids relatif diminue. C’est ce qu’on a observé en 2016 tant au Québec que dans l’ensemble du Canada.

Au Canada hors Québec, le nombre de personnes de langue maternelle française a crû de 8 400 personnes entre 2011 et 2016, pour atteindre 1 074 985 personnes. Cette croissance est principalement attribuable aux personnes ayant déclaré le français en combinaison avec l’anglais comme langue maternelle. Les personnes ayant déclaré seulement le français comme langue maternelle étaient, au contraire, moins nombreuses en 2016 qu’en 2011.

Tableau 3
Population de langue maternelle française, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Population de langue maternelle française 2011, 2016 et Variation de 2011 à 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016 Variation de 2011 à 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage pourcentage
Canada
Français (total) 7 298 180 22,0 7 452 075 21,4 2,1
Seulement le français 7 054 970 21,3 7 166 705 20,6 1,6
Français et une autre langue 243 210 0,7 285 370 0,8 17,3
Population totale 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0 5,0
Québec
Français (total) 6 231 600 79,7 6 377 090 79,1 2,3
Seulement le français 6 102 210 78,1 6 219 665 77,1 1,9
Français et une autre langue 129 390 1,7 157 425 2,0 21,7
Population totale 7 815 955 100,0 8 066 555 100,0 3,2
Canada hors Québec
Français (total) 1 066 580 4,2 1 074 985 4,0 0,8
Seulement le français 952 760 3,8 947 040 3,5 -0,6
Français et une autre langue 113 820 0,4 127 945 0,5 12,4
Population totale 25 305 220 100,0 26 700 695 100,0 5,5

La présence du français comme première langue officielle parlée s’accroît principalement au Québec

La « première langue officielle parléeNote 3 » permet entre autres de mesurer l’orientation des personnes de langue maternelle tierce vers le français ou l’anglais. Elle permet de mesurer la présence des langues officielles canadiennes dans un contexte de grande diversité linguistique. Elle témoigne également de l’intégration linguistique des immigrants de toutes origines à la société canadienne.

Le nombre de personnes ayant le français comme première langue officielle parlée (PLOP) a connu une croissance entre 2011 et 2016, passant de 7,7 millions à 7,9 millions. Cette croissance est toutefois observée principalement au Québec. À l’extérieur du Québec, la population de langue officielle minoritaire est passée de 1 007 585 personnes en 2011 à 1 024 200 personnes en 2016, ce qui représente une croissance de 16 615 personnes. Le poids relatif de la minorité de langue française à l’extérieur du Québec, qui était de 4,0 % en 2011, a diminué de 0,2 point de pourcentage pour atteindre 3,8 % en 2016.

Les tendances varient d’une province à l’autre. La population ayant le français comme première langue officielle parlée a connu une baisse en nombre et en proportion à l’Île‑du‑Prince‑Édouard, en Nouvelle‑Écosse, au Nouveau‑Brunswick et au Manitoba, et une croissance en nombre dans les autres provinces. Cette croissance s’accompagnait d’une baisse du poids relatif de la minorité de langue officielle en Ontario et en Saskatchewan, alors qu’il est resté stable en Alberta et en Colombie‑Britannique. La minorité de langue officielle a connu une croissance en nombre et en proportion à Terre‑Neuve‑et‑Labrador, de même qu’au Yukon, dans les Territoires du Nord‑Ouest et au Nunavut.

Tableau 4
Population ayant le français comme première langue officielle parlée, provinces et territoires et Canada hors Québec , 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Population ayant le français comme première langue officielle parlée Population ayant le français comme PLOP, 2011, 2016 et Variation de 2011 à 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
Population ayant le français comme PLOPTableau 4 Note 1
2011 2016 Variation de 2011 à 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage pourcentage
Terre-Neuve-et-Labrador 2 095 0,4 2 425 0,5 15,8
Île-du-Prince-Édouard 4 810 3,5 4 665 3,3 -3,0
Nouvelle-Écosse 30 330 3,3 29 370 3,2 -3,2
Nouveau-Brunswick 235 695 31,9 234 055 31,8 -0,7
Québec 6 684 125 85,5 6 890 300 85,4 3,1
Ontario 542 390 4,3 550 600 4,1 1,5
Manitoba 41 365 3,5 40 975 3,2 -0,9
Saskatchewan 14 290 1,4 14 435 1,3 1,0
Alberta 71 370 2,0 79 840 2,0 11,9
Colombie-Britannique 62 190 1,4 64 325 1,4 3,4
Yukon 1 485 4,4 1 635 4,6 10,4
Territoires du Nord-Ouest 1 080 2,6 1 240 3,0 14,8
Nunavut 475 1,5 625 1,8 32,6
Canada hors Québec 1 007 578 4,0 1 024 195 3,8 1,6

La capacité de soutenir une conversation en anglais est en hausse

En 2016, 30 millions de Canadiens ont déclaré pouvoir soutenir une conversation en anglais. Il s’agit d’une croissance de 1,6 million de locuteurs de l’anglais depuis 2011. La proportion de Canadiens pouvant soutenir une conversation en anglais est passée de 85,6 % en 2011 à 86,2 % en 2016.

Au Québec, 49,1 % de la population a déclaré pouvoir soutenir une conversation en anglais en 2016, en hausse de 1,9 points de pourcentage par rapport à la proportion observée lors du Recensement de 2011. Cela représentait 4 millions de personnes en 2016.

À l’extérieur du Québec, la proportion de Canadiens ayant déclaré pouvoir soutenir une conversation en anglais est demeurée à peu près stable entre 2011 (97,5 %) et 2016 (97,4 %). Cela correspond néanmoins à une croissance de 1,35 million de locuteurs de l’anglais, pour atteindre un total de 26 millions de locuteurs en 2016.

Tableau 5
Capacité de soutenir une conversation en anglais, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Capacité de soutenir une conversation en anglais 2011 et 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage
Canada
Connaissance de l'anglais 28 360 245 85,6 29 973 595 86,2
Anglais seulement 22 564 670 68,1 23 757 525 68,3
Français et anglais 5 795 575 17,5 6 216 070 17,9
Total 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0
Québec
Connaissance de l'anglais 3 692 585 47,2 3 958 855 49,1
Anglais seulement 363 860 4,7 372 450 4,6
Français et anglais 3 328 725 42,6 3 586 405 44,5
Total 7 815 955 100,0 8 066 555 100,0
Canada hors Québec
Connaissance de l'anglais 24 667 660 97,5 26 014 740 97,4
Anglais seulement 22 200 810 87,7 23 385 075 87,6
Français et anglais 2 466 850 9,7 2 629 665 9,8
Total 25 305 220 100,0 26 700 695 100,0

L’anglais est de plus en plus parlé en combinaison avec d’autres langues à la maison

La proportion de Canadiens ayant déclaré parler l’anglais à la maison est passée de 74,0 % en 2011 à 74,5 % en 2016, ce qui représente une hausse de 0,5 point de pourcentage. Ainsi, en 2016, près de 26 millions de Canadiens parlaient l’anglais à la maison.

Par contre, la proportion de Canadiens ayant déclaré parler uniquement l’anglais à la maison est en baisse, passant de 58,0 % en 2011 à 56,8 % en 2016. L’anglais est de plus en plus parlé en combinaison avec d’autres langues.

Tableau 6
Anglais parlé à la maison, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Anglais parlé à la maison 2011 et 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage
Canada
Uniquement 19 224 940 58,0 19 756 510 56,8
Surtout 2 232 140 6,7 2 406 355 6,9
À égalité 1 052 665 3,2 1 514 470 4,4
Régulièrement 2 002 135 6,0 2 220 465 6,4
Total (anglais) 24 511 880 74,0 25 897 805 74,5
Population totale 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0
Québec
Uniquement 481 675 6,2 483 295 6,0
Surtout 285 745 3,7 298 890 3,7
À égalité 144 945 1,9 183 430 2,3
Régulièrement 515 495 6,6 579 690 7,2
Total (anglais) 1 427 860 18,3 1 545 310 19,2
Population totale 7 815 950 100,0 8 066 560 100,0
Canada hors Québec
Uniquement 18 743 265 74,1 19 273 215 72,2
Surtout 1 946 395 7,7 2 107 465 7,9
À égalité 907 720 3,6 1 331 040 5,0
Régulièrement 1 486 640 5,9 1 640 775 6,1
Total (anglais) 23 084 020 91,2 24 352 495 91,2
Population totale 25 305 225 100,0 26 700 690 100,0

Au Canada hors Québec, la proportion de la population ayant déclaré parler l’anglais à la maison est restée stable à 91,2 %. L’utilisation exclusive de l’anglais a toutefois connu une baisse de près de deux points de pourcentage, une baisse compensée par une hausse équivalente de l’utilisation de l’anglais en combinaison avec une autre langue.

Au Québec, deux personnes sur trois qui parlent l’anglais à la maison le font en combinaison avec une autre langue. En 2016, 19,2 % de la population a déclaré parler l’anglais à la maison, en hausse par rapport à 2011 (18,3 %). Cette hausse s’observe chez les personnes qui parlent l’anglais en combinaison avec une autre langue.

Le poids démographique de la population de langue maternelle anglaise est en baisse

Un contexte de forte immigration engendre aussi une baisse du poids démographique de la population de langue maternelle anglaise dans l’ensemble du Canada. Cette baisse est également observée dans toutes les provinces canadiennes.

Au Canada hors Québec, la population de langue maternelle anglaise représentait 72,9 % de l’ensemble de la population en 2016. Il s’agit d’une baisse de 1,1 point de pourcentage, malgré une croissance de plus de 750 000 personnes.

De même, au Québec, le nombre de personnes ayant l’anglais comme langue maternelle est en croissance. Il y avait 718 990 personnes de langue maternelle anglaise au Québec en 2016, comparativement à 700 405 personnes en 2011. En proportion, la population de langue maternelle anglaise du Québec est passée de 9,0 % en 2011 à 8,9 % en 2016.

Tableau 7
Population de langue maternelle anglaise, Canada, Québec et Canada hors Québec, 2011 et 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Population de langue maternelle anglaise 2011, 2016 et Variation de 2011 à 2016, calculées selon nombre et pourcentage unités de mesure (figurant comme en‑tête de colonne).
2011 2016 Variation de 2011 à 2016
nombre pourcentage nombre pourcentage pourcentage
Canada
Anglais (total) 19 424 090 58,6 20 193 335 58,1 4,0
Seulement l'anglais 18 858 980 56,9 19 460 850 56,0 3,2
Anglais et une autre langue 565 110 1,7 732 485 2,1 29,6
Population totale 33 121 175 100,0 34 767 250 100,0 5,0
Québec
Anglais (total) 700 405 9,0 718 990 8,9 2,7
Seulement l'anglais 599 225 7,7 601 155 7,5 0,3
Anglais et une autre langue 101 180 1,3 117 835 1,5 16,5
Population totale 7 815 955 100,0 8 066 555 100,0 3,2
Canada hors Québec
Anglais (total) 18 723 685 74,0 19 474 345 72,9 4,0
Seulement l'anglais 18 259 755 72,2 18 859 695 70,6 3,3
Anglais et une autre langue 463 930 1,8 614 650 2,3 32,5
Population totale 25 305 220 100,0 26 700 695 100,0 5,5

La population ayant l’anglais comme première langue officielle parlée est en croissance au Québec

Au Québec, le nombre et la proportion de personnes ayant l’anglais comme première langue officielle parlée se sont accrus. La minorité de langue officielle est passée de 1 058 250 personnes en 2011 à 1 103 480 en 2016, ce qui représente une croissance de 45 230 personnes. En outre, le poids relatif de la minorité de langue officielle était de 13,7 % en 2016, comparativement à 13,5 % en 2011.

Sources des données, méthodes et définitions

Sources des données

Les données utilisées dans le cadre de cette analyse proviennent du Recensement de la population de 2016. Des informations additionnelles sur le recensement se trouvent dans le Guide du Recensement de la population, 2016, no 98‑304‑X au catalogue.

Des renseignements précis sur la qualité et la comparabilité des données du recensement sur la langue se trouvent dans le Guide de référence sur les langues, Recensement de la population, 2016, no 98‑500‑X2016003 au catalogue.

Méthodes

Arrondissement aléatoire et répartitions en pourcentage : Afin de protéger le caractère confidentiel des renseignements recueillis lors du Recensement de 2016, on applique une méthode aux données qui consiste à arrondir de façon aléatoire les valeurs présentées dans les cellules individuelles. Par conséquent, lorsque ces données sont totalisées ou regroupées, la valeur totale peut ne pas correspondre à la somme des valeurs individuelles, étant donné que le total et les totaux partiels sont arrondis séparément. De même, la somme des répartitions en pourcentage, qui sont calculées à partir de données arrondies, ne correspond pas nécessairement à 100 %.

En raison de l’arrondissement aléatoire, les chiffres et les pourcentages peuvent varier légèrement d’un produit de recensement à un autre, comme les documents analytiques, les faits saillants en tableaux et les tableaux de données.

Définitions

Veuillez consulter le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98‑301‑X au catalogue, pour obtenir des renseignements supplémentaires sur les variables du recensement.

Renseignements supplémentaires

Des analyses supplémentaires sur la langue se trouvent dans l'article du Quotidien du 17 août 2017 et dans les articles Recensement en bref intitulés Un nouveau sommet pour le bilinguisme français-anglais, no 98‑200‑X2016009 au catalogue et Diversité linguistique et plurilinguisme au sein des foyers canadiens, no 98‑200‑X2016010 au catalogue

Des renseignements supplémentaires sur la langue se trouvent dans les Faits saillants en tableaux, no 98‑402‑X2016005 au catalogue; dans les Tableaux de données, nos 98‑400‑X2016045 à 98‑400‑X2016079 et nos 98‑400‑X2016343 à 98‑400‑X2016345 au catalogue; dans le Profil du recensement, no 98‑316‑X2016001 au catalogue; et dans la Série « Perspective géographique », no 98‑404‑X2016001 au catalogue.

Une infographie intitulée Les langues immigrantes au Canada, Recensement de la population de 2016 illustre quelques faits saillants sur les langues immigrantes au Canada.

Pour obtenir des détails au sujet des concepts, des définitions et des variables utilisés dans le cadre du Recensement de la population de 2016, veuillez consulter le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98‑301‑X au catalogue.

En plus des taux de réponse et d’autres renseignements relatifs à la qualité des données, le Guide du Recensement de la population, 2016, no 98‑304‑X au catalogue, présente un aperçu des diverses étapes liées au recensement, incluant la détermination du contenu, l’échantillonnage, la collecte, le traitement des données, l’évaluation de la qualité, les règles de confidentialité ainsi que la diffusion.

Remerciements

Ce rapport a été élaboré par Jean‑François Lepage de la Division de la statistique sociale et autochtone de Statistique Canada, avec l’apport d’autres membres de cette division, et la collaboration du personnel du Secrétariat des domaines spécialisés du recensement, de la Division des opérations du recensement, et de la Direction des communications et de la diffusion de Statistique Canada.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :