Vidéo : Logement

Transcription

Le 11 septembre 2013 – Sandrine LeVasseur, analyste, présente un bref aperçu du logement au Canada, Enquête nationale auprès des ménages de 2011.

Logement

Durée : 4:41 minutes

Formats de rechange

Transcription

Le 11 septembre 2013
Données sur le logement
Enquête nationale auprès des ménages de 2011

Sandrine LeVasseur
Analyste
Statistique Canada

Les données de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 portant sur le logement ont été diffusées aujourd'hui. Ces données permettent de dresser un portrait des caractéristiques, des coûts et de l'abordabilité du logement au Canada. Dans cette vidéo, je présenterai un bref aperçu de ces données.

En 2011, près de sept ménages canadiens sur dix étaient propriétaires de leur domicile.

Ce taux est similaire à celui enregistré lors du Recensement de 2006, et il fait suite à 15 années d'augmentation entre 1991 et 2006.

{Visuel} : Un graphique linéaire simple montre le taux d'accession à la propriété de 1971 à 2011. Celui-ci a augmenté de façon constante pour atteindre 69 % en 2011, sauf entre 1991 et 2006, où le taux de croissance a été plus élevé.

Les provinces de l'Atlantique ont affiché les taux d'accession à la propriété les plus élevés au Canada.

{Visuel} : Une carte du Canada montre que le taux d'accession à Terre-Neuve-et-Labrador, au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse était respectivement de 77,5 %, de 75,7 %, de 73,4 % et de 70,8 %.

C'est au Québec que le taux était le moins élevé parmi toutes les provinces.

{Visuel} : Une carte du Canada montre que le taux d'accession à la propriété au Québec était de 61,2 %.

Dans les territoires, le taux était inférieur à la moyenne nationale. Ce n'est qu'au Nunavut que le nombre de ménages propriétaires était inférieur au nombre de ménages locataires.

{Visuel} : Une carte du Canada montre que le taux d'accession à la propriété au Nunavut était de 21 %.

Un ménage sur huit vivait dans un logement en condominium.

Un peu plus des trois quarts de ces ménages habitaient dans dix régions métropolitaines de recensement, communément appelées RMR.

{Visuel} : Les dix régions métropolitaines de recensement (RMR) comptant le plus grand nombre de logements en condominium sont énumérées. Il s'agit de : Toronto, Vancouver, Montréal, Calgary, Edmonton, Ottawa - Gatineau, Québec, Hamilton, Victoria et London. Un graphique à secteurs montre que 76,8 % des condominiums se trouvaient dans l'une de ces RMR. Les autres 23,2 % étaient situés à l'extérieur de ces RMR.

Dans ces dix RMR, un logement sur trois construits entre 2001 et 2011 était un logement en condominium. Cette proportion était plus faible dans le cas des logements dont la construction remonte à plus longtemps.

{Visuel} : Un diagramme à barres montre que 34,3 % des logements construits de 2001 à 2011 étaient des logements en condominium. Il indique également la proportion de condominiums construits pendant les périodes antérieures de construction : 27,1 % de 1991 à 2000; 21,2 % de 1981 à 1990; et 9,4 % en 1980 ou avant.

La proportion plus élevée de logements en condominium parmi les logements récemment construits était contrebalancée par une plus faible proportion de logements locatifs non en condominium. Un logement sur dix construits entre 2001 et 2011 étant loué, ce taux était plus élevé dans le cas des logements plus vieux.

{Visuel} : Un diagramme à barres montre que 10,6 % des logements construits de 2001 à 2011 étaient des logements locatifs non en condominium. Il indique également la proportion de logements locatifs non en condominium construits pendant les périodes antérieures de construction : 17,0 % de 1991 à 2000; 27,1 % de 1981 à 1990; et 41,2 % en 1980 ou avant.

Les ménages propriétaires vivant dans un condominium étaient différents des autres ménages propriétaires. Dans le cas des condominiums, un peu moins de la moitié étaient habités par des ménages non familiaux, lesquels sont des ménages composés d'une personne ou d'un groupe de colocataires. Par contre, pour ce qui est des logements non en condominium, moins de un sur cinq était habité par un ménage non familial.

{Visuel} : Un graphique à barres empilées montre que 45,5 % des ménages propriétaires vivant dans un condominium étaient des ménages non familiaux. Chez les autres propriétaires, 15,6 % vivaient dans des ménages non familiaux.

Les propriétaires vivant dans un condominium étaient aussi plus susceptibles de faire partie d'un ménage plus jeune ou d'un ménage de personnes âgées.

Environ 20 % des propriétaires d'un condominium étaient âgés de moins de 35 ans, tandis que seulement 10 % des propriétaires vivant dans un logement non en condominium avaient moins de 35 ans. Quant aux 65 ans et plus, ils représentaient un quart des propriétaires de condominium, alors que seulement un cinquième des propriétaires d'un logement non en condominium étaient des personnes âgées.

{Visuel} : Un graphique à barres empilées montre que 19,8 % des propriétaires de condominium étaient âgés de moins de 35 ans, tandis que 26,1 % d'entre eux étaient âgés de 65 et plus. Chez les autres propriétaires, 10,5 % étaient âgés de moins de 35 ans, alors que 20,7 % étaient âgés de 65 ans et plus.

Les organismes de l'habitation, comme la Société canadienne d'hypothèques et de logement, mesurent l'abordabilité des logements par rapport à un seuil indiquant si un ménage consacre 30 % ou plus de son revenu total aux coûts d'habitation.

{Visuel} : Une bande horizontale permet d'avoir une représentation visuelle du seuil d'abordabilité, qui est de 30 %.

Les coûts d'habitation comprennent, selon le cas, les services publics, les paiements hypothécaires, l'impôt foncier, les frais de condominium et le loyer mensuel.

En 2011, le coût mensuel moyen d'habitation de tous les ménages du Canada était de 1 050 $. Pour les propriétaires, il s'élevait à environ 1 150 $, et pour les locataires, il était d'environ 850 $.

{Visuel} : Un diagramme à barres montre que le coût mensuel moyen d'habitation pour tous les ménages au Canada était de 1 050 $, le coût payé par les propriétaires s'élevait à 1 141 $, et celui payé par les locataires était de 848 $.

Environ un quart des ménages dépassaient le seuil d'abordabilité. Chez les propriétaires, moins d'un ménage sur cinq étaient au-dessus de la limite. Chez les locataires, ce sont deux ménages sur cinq qui étaient au-dessus de la limite.

{Visuel} : Un diagramme à barres montre que 25,2 % des ménages dépassaient le seuil d'abordabilité. Chez les propriétaires, 18,5 % étaient au-dessus de la limite. Chez les locataires, cette proportion était de 40,1 %.

Merci d'avoir visionné ce bref aperçu. Visitez le site Web de Statistique Canada pour obtenir plus de détails sur ces données ou pour obtenir des renseignements à propos de votre municipalité, votre province ou votre territoire.

Si vous avez des questions, inscrivez-vous pour participer à notre séance de clavardage en direct, le vendredi 13 septembre, de 12 h 30 à 13 h 30, heure avancée de l'Est. Visitez le site Web et sélectionnez cette icône pour vous inscrire.

{Visuel} : Le site Web de Statistique Canada apparaît, montrant l'icône du module « Clavarder avec un expert ».

{Visuel} : L'image se transforme pour afficher le mot-symbole « Canada » devant un arrière-plan noir. La vidéo fond au noir.

Date de modification :