Feuillets d’information du Recensement de 2021
Contenu mis à jour du Recensement de la population de 2021 : immigration, diversité ethnoculturelle et langues au Canada

Date de diffusion : le 17 juillet 2020

Passer au texte

Début du texte

Le recensement est le narrateur du pays. Quelle que soit la période traversée par le pays, bonne ou moins bonne, le recensement brosse un tableau détaillé de la mosaïque changeante du Canada — en fournissant aux Canadiens des faits sur nos origines, sur notre situation actuelle et sur les décisions pour guider notre avenir. Afin de répondre aux besoins du pays et rédiger le prochain chapitre de la principale source de données des Canadiens, Statistique Canada a mené des consultations et des discussions à l’échelle du pays. Nous avons également effectué un test du recensement auprès de plus de 135 000 ménages afin de déterminer si les répondants pouvaient facilement comprendre les questions nouvelles ou révisées et y répondre correctement. Nous avons écouté les Canadiens, car nous savons qu’il s’agit de votre recensement, de votre collectivité, de votre avenir.

Cette série de feuillets d’information offre un aperçu des changements apportés au contenu du Recensement de la population de 2021, étant donné que le processus du recensement évolue constamment pour refléter les changements de la population canadienne et ses caractéristiques démographiques. 

Le présent feuillet d’information porte sur le thème de l’immigration, de la diversité ethnoculturelle et des langues au Canada. Ce thème englobe le contenu du recensement relatif aux sujets suivants : immigration et citoyenneté, lieu de naissance de la personne et de ses parents, origines ethniques ou culturelles, groupes de population, religion, langue, et droits à l’instruction dans la langue de la minorité.

Pour obtenir des informations sur les grandes tendances sociales liées aux sujets particuliers compris dans ce thème, veuillez consulter les sections respectives ci-dessous.

Immigration et citoyenneté

Pourquoi sont posées ces questions?

La question relative à la citoyenneté fournit des renseignements sur le statut légal de citoyenneté de la population du Canada, ainsi que sur le nombre de personnes détenant plus d’une citoyenneté. Une question portant sur la citoyenneté figure au recensement depuis 1901.

Les variables relatives à l’immigration donnent des renseignements sur le nombre d’immigrants et de résidents non permanents au Canada, ainsi que sur l’année d’admission des immigrants au Canada. D’autres variables, comme la catégorie d’admission des immigrants et le type de demandeur, se renseignent sur les conditions dans lesquelles les immigrants ont obtenu le droit de résider au Canada (p. ex. réfugiés, immigrants économiques, immigrants parrainés par leur famille).

Les renseignements sur l’immigration et la citoyenneté sont nécessaires à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ainsi qu’aux ministères de l’immigration provinciaux et territoriaux, pour élaborer des politiques et programmes en matière d’immigration et les évaluer. Ils servent également à appuyer la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés, la Loi sur la citoyenneté, la Loi canadienne sur les droits de la personne et la Loi sur le multiculturalisme canadien.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

Selon les données du Recensement de 2016, plus de 7,5 millions de personnes nées à l’étranger sont venues au Canada au moyen du processus d’immigration; cela représente plus du cinquième (21,9 %) de l’ensemble de population canadienne. D’après les projections démographiques effectuées par Statistique Canada en 2017, d’ici 2036, cette proportion pourrait se situer entre 24,5 % et 30,0 %.

Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité, des changements de contenu ont été proposés pour les questions sur l’immigration et la citoyenneté en vue du Recensement de 2021.

La croissance de la population immigrante et l’évolution des pays sources d’immigration au fil des décennies ont entraîné une diversification accrue des caractéristiques ethnoculturelles de la population canadienne. Les changements apportés aux questions permettront de mieux mesurer cette diversité grandissante en dressant un portait plus précis relativement à l’immigration et à la citoyenneté (grâce à une question plus claire sur la citoyenneté et à l’utilisation accrue de données administratives).

Tout changement apporté au contenu du recensement est analysé et examiné soigneusement avec les intervenants, et est guidé par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence, la qualité et la couverture globale des données, d’assurer leur comparabilité au fil du temps, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques. Plus particulièrement, Statistique Canada a consulté Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ainsi que divers représentants du milieu universitaire.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite de ses consultations, de ses tests et d’une étude de faisabilité, Statistique Canada a modifié le format et le libellé de la question relative à la citoyenneté. De plus, les renseignements concernant le statut d’immigrant et l’année d’immigration proviendront désormais de dossiers administratifs d’IRCC.

Tableau 1
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 1. Les données sont présentées selon Modifications examinées et mises à l’essai avec succès (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées et mises à l’essai avec succès Approche résultante pour 2021

Certaines incohérences dans les réponses aux questions sur la citoyenneté et l’immigration ont été observées dans le Recensement de 2016 et les recensements antérieurs. Ces incohérences, qui indiquent un manque de compréhension quant aux différences entre le statut d’immigrant et la situation relative à la citoyenneté canadienne, ont été abordées avant la diffusion des résultats, mais ont nécessité un traitement supplémentaire. Pour de plus amples renseignements sur la qualité des données de ces variables en 2016, veuillez consulter le Guide de référence sur le lieu de naissance, le statut des générations, la citoyenneté et l’immigration, Recensement de la population, 2016.

En 2021, la question relative à la citoyenneté passera d’une seule question (dans le format « cochez toutes les réponses qui s’appliquent ») à une question en deux parties permettant de clarifier les principaux concepts mesurés et d’améliorer la qualité des données :

  • dans la partie A, il est désormais demandé à la personne si elle détient la citoyenneté canadienne (de naissance ou par naturalisation) ou non;
  • dans la partie B, il est demandé à la personne si elle détient la citoyenneté d’un autre pays que le Canada. Dans l’affirmative, il lui est alors demandé de préciser le pays de son autre citoyenneté.

En 2021, les questions sur le statut d’immigrant et l’année d’immigration ne figureront plus au questionnaire. Ces renseignements, ainsi que la catégorie d’admission des immigrants et le type de demandeur, seront obtenus de dossiers administratifs sur les immigrants, afin de réduire le fardeau de réponse et d’améliorer la qualité des données.

À quoi s’attendre en 2021

Dans le Recensement de 2021, les renseignements sur le statut d’immigrant et l’année d’immigration seront remplacés par des données administratives sur les immigrants. Les résultats d’une étude de faisabilité exhaustive ont en effet indiqué que des mesures clés, comme le statut d’immigrant et la période d’immigration, seraient comparables aux données provenant de recensements antérieurs. Il existera cependant quelques différences pour des années d’immigration spécifiques. Ces différences sont dues à l’amélioration de la qualité des données relatives à la variable « année d’immigration », car les données reflètent mieux le concept mesuré.

En 2021, Statistique Canada continuera à obtenir des renseignements sur la catégorie d’admission des immigrants et le type de demandeur à partir de données administratives sur les immigrants.

Quant à la question sur la citoyenneté, les résultats du Test du recensement de 2019 ont indiqué que la version mise à jour pour 2021 produisait des résultats similaires à ceux de la question du Recensement de 2016 pour des mesures clés, comme le statut de citoyenneté canadienne. Le nouveau format en deux parties de la question sur la citoyenneté a montré une augmentation du nombre de réponses pour les personnes détenant plus d’une citoyenneté, en particulier pour les personnes détenant la citoyenneté canadienne (de naissance ou par naturalisation) et la citoyenneté d’un autre pays que le Canada. Cela indique une amélioration de la qualité des données concernant les cas de citoyennetés multiples.

Lieu de naissance de la personne et de ses parents

Pourquoi sont posées ces questions?

La question sur le lieu de naissance sert à déterminer dans quelle province ou dans quel territoire du Canada, ou dans quel pays à l’extérieur du Canada est né le répondant. Elle fournit de l’information sur la diversité de la population du Canada et sur les mouvements de la population à l’intérieur du Canada, ainsi que de l’étranger vers le Canada.

La question sur le lieu de naissance des parents sert à déterminer le pays de naissance de chacun des parents du répondant. Le but premier de cette question est de dériver le statut des générations du répondant (c’est-à-dire si la personne ou ses parents sont nés au Canada) et d’établir si la personne est de la première génération, de la deuxième génération, de la troisième génération ou plus. Le statut des générations fournit des renseignements sur la diversité de la population du Canada et permet d’étudier la façon dont les enfants d’immigrants (deuxième génération) s’intègrent dans la société canadienne.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

La croissance de la population immigrante et l’évolution des pays sources d’immigration au fil des décennies ont entraîné une diversification accrue des caractéristiques ethnoculturelles de la population canadienne. Selon les données du Recensement de 2016, près de 2,2 millions d’enfants âgés de moins de 15 ans qui vivaient dans un ménage privé étaient nés à l’étranger (première génération), ou avaient au moins un parent né à l’étranger (deuxième génération). Cela correspond à 37,5 % de la population totale d’enfants canadiens de moins de 15 ans. D’après les projections démographiques effectuées par Statistique Canada en 2017, si les tendances actuelles d’immigration se maintiennent, d’ici 2036, cette proportion pourrait se situer entre 39,3 % et 49,1 %.

Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité sur d’importants sujets comme le statut de génération, Statistique Canada a modifié le libellé et le format de la question sur le lieu de naissance des parents pour le Recensement de 2021. Afin que la question reflète mieux tous les arrangements familiaux actuels possibles, la formulation de cette question fera référence au lieu de naissance de chaque « parent » plutôt qu'au lieu de naissance de la « mère » et du « père » pour le Recensement de 2021. 

Aucun changement n’a été apporté au libellé de la question sur le lieu de naissance de la personne en 2021, afin de maintenir la qualité des données et leur comparabilité au fil du temps.

Tout changement apporté au contenu du recensement est analysé et examiné soigneusement avec les intervenants, et est guidé par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence, la qualité et la couverture globales des données, d’assurer leur comparabilité au fil du temps, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques. Plus particulièrement, Statistique Canada a consulté Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada ainsi que divers représentants du milieu universitaire, et les changements apportés sont conformes aux  recommandations de la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe, Recommandations de la Conférence des statisticiens européens pour les recensements de la population et des habitations de 2020, 2015.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite de ses consultations et de ses tests, Statistique Canada a apporté des modifications au libellé et au format de la question sur le lieu de naissance des parents. Aucun changement n’a été apporté au libellé de la question sur le lieu de naissance de la personne pour 2021.

Tableau 2
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 2. Les données sont présentées selon Modifications examinées et mises à l’essai avec succès (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées et mises à l’essai avec succès Approche résultante pour 2021

En ce qui concerne la question sur le lieu de naissance des parents, des préoccupations ont été soulevées au sujet du fait que le libellé de la question sur le lieu de naissance de la mère et du père n’était pas inclusif pour tous les types de famille (p. ex. couples de même sexe, parents multiples).

Aucune modification n’a été envisagée en ce qui concerne le libellé de la question sur le lieu de naissance de la personne pour 2021.

La version de cette question dans le Recensement de 2021 ne contiendra plus les termes « père » et « mère », afin qu’elle soit plus inclusive des différents types de famille et qu’elle réduise le fardeau de réponse.

Pour cette question, le répondant doit maintenant indiquer si ses parents :

  • sont tous nés au Canada;
  • sont tous nés à l’extérieur du Canada;
  • sont nés au Canada et à l’extérieur du Canada.

Le répondant doit ensuite préciser le pays de naissance à l’extérieur du Canada, s’il y a lieu.

La question sur le lieu de naissance de la personne sera toujours incluse en 2021, mais avec des changements mineurs au format du questionnaire électronique.

À quoi s’attendre en 2021

En ce qui concerne la question sur le lieu de naissance des parents, les résultats du Test du recensement de 2019 indiquent que la version mise à jour pour 2021 produit des résultats similaires à ceux de la question du Recensement de 2016 dans le cas de mesures clés, comme le statut des générations.

La question sur le lieu de naissance de la personne sera toujours incluse en 2021, sans aucun changement qui pourrait avoir une incidence sur la comparabilité historique.

Origines ethniques ou culturelles

Pourquoi sont posées ces questions?

Le Recensement de la population comprend une question concernant les origines ethniques ou culturelles depuis 1871. D’ailleurs, même avant la Confédération, une question à ce propos figurait dans les recensements; cela indique une demande de longue date, continue et généralisée quant à des renseignements sur la diversité ethnique et culturelle de la population.

Cette information sert aujourd’hui à appuyer les lois, politiques et programmes fédéraux, comme la Loi sur le multiculturalisme canadien et la Charte canadienne des droits et libertés. Les gouvernements, les entreprises, le milieu universitaire, les chercheurs et les associations ethniques et culturelles de l’ensemble du pays utilisent également ces renseignements afin de planifier leurs produits et services.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité, Statistique Canada a modifié le libellé et le format de la question sur les origines ethniques ou culturelles. La population du Canada est de plus en plus diversifiée et la question révisée permettra de mieux rendre compte de cette diversité croissante, en retirant du questionnaire la liste d’exemples d’origines ethniques ou culturelles fournie précédemment, de manière à ce que le petit nombre d’exemples inclus dans cette liste n’influence pas les choix de réponse.

Pour la question révisée, aucun exemple ne sera fourni directement dans le questionnaire. Au lieu, un lien sera fourni qui mènera à une liste de plus de 500 exemples d’origines ethniques ou culturelles. Cette liste détaillée aidera les répondants à répondre à la question, sans être influencés par des exemples fournis dans le questionnaire.

Ces changements ont été analysés et examinés soigneusement avec les intervenants, et ont été guidés par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence et la qualité globales des données sur l’origine ethnique ou culturelle, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite des consultations, des tests et d’une analyse des résultats des recensements antérieurs, Statistique Canada a modifié la formulation et le format de la question relative aux origines ethniques ou culturelles.

Tableau 3
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 3. Les données sont présentées selon Modifications examinées et mises à l’essai avec succès (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées et mises à l’essai avec succès Approche résultante pour 2021

Comme l’indique le Rapport technique sur les changements de réponse concernant la question sur l’origine ethnique au recensement : accent sur les origines juives, intégration des données du Recensement de 2016 et de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011, des preuves montrent que le fait de fournir des exemples dans le cadre d’une question a influencé les résultats au fil du temps, en particulier (mais sans s’y limiter) en matière d’origines canadiennes et juives.

Pour pallier les lacunes associées à la question posée en 2016 et pour mieux illustrer la diversité croissante de la population au Canada, les exemples seront supprimés du questionnaire du Recensement de 2021 en vue d’éliminer leur incidence sur les réponses. Au lieu de donner des exemples — et pour permettre aux répondants de mieux comprendre la question — une description des types d’origines sera fournie, de même qu’un lien menant vers une liste détaillée d’exemples d’origines ethniques et culturelles. Cette liste offrira une plus grande précision et une plus grande diversité que ce qui était diffusé par le passé.

Cette nouvelle approche pour 2021 :

  • encouragera l’autodéclaration des Canadiens sans promouvoir de réponses particulières : la question révisée sur l’origine ethnique permet aux répondants de déclarer leurs origines sans être influencés par des exemples énumérés dans le questionnaire, ce qui permet d’obtenir des données de meilleure qualité qui sont plus représentatives de la population;
  • mieux refléter la diversité croissante au Canada : les répondants disposeront d’une liste d’exemples bien plus complète et diversifiée pour autodéclarer leurs origines ethniques et culturelles.

À quoi s’attendre en 2021

Les résultats du Test du recensement de 2019 concordaient avec les constatations du Rapport technique sur les changements de réponse concernant la question sur l’origine ethnique au recensement : accent sur les origines juives, intégration des données du Recensement de 2016 et de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 : fournir des exemples dans la question elle-même a un effet incitatatif important. Cela a généralement été le cas des exemples d’origines mis à l’essai, dont les origines canadiennes. La question du Recensement de 2021 ne contiendra pas d’exemples dans la question elle-même, mais comprendra un lien menant vers une liste détaillée d’exemples ainsi qu’une explication des types de réponses. Ce changement a donné lieu à des réponses plus variées et a évité le biais induit par l’exemple relevé dans les versions où la question incluait des exemples.

La version mise à jour pour 2021 permettra de produire des résultats qui ne seront, par conséquent, pas comparables à ceux de la question de 2016 pour bon nombre d’origines ethniques et culturelles. Les origines qui seront particulièrement touchées sont celles qui figuraient parmi les 28 exemples énumérés directement dans le questionnaire de 2016 (p. ex. « Canadien »); elles seront désormais intégrées à une liste bien plus détaillée d’exemples d’origines ethniques et culturelles.

Pour mieux refléter l’éventail de réponses plus diversifiées attendu en 2021, un plus grand nombre d’origines seront diffusées dans le cadre du Recensement de 2021.

Pour de plus amples renseignements sur les origines ethniques ou culturelles, y compris les résultats du Test du recensement de 2019, veuillez consulter Origines ethniques ou culturelles : rapport technique sur les modifications apportées au Recensement de 2021.

Groupes de population

Pourquoi sont posées ces questions?

L’objectif principal de la question sur le groupe de population dans le recensement est d’établir des chiffres sur la population des minorités visibles. Une « minorité visible » désigne si une personne fait partie ou non de la population de minorités visibles, telles que définies dans la Loi sur l’équité en matière d’emploi, et, le cas échéant, le groupe de minorités visibles dont cette personne fait partie.

Les gouvernements, les entreprises, les groupes communautaires, les fournisseurs de soins de santé, les chercheurs et divers organismes de l’ensemble du pays utilisent les données sur la population des minorités visibles au Canada afin d’assurer des chances égales à tous. Les employeurs peuvent se servir des données sur la population des minorités visibles pour comparer les caractéristiques de leur effectif et celles de la population vivant dans la même région.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

La population du Canada est de plus en plus diversifiée : le Recensement de 2016 a permis de désigner 22,3 % de la population comme faisant partie d’un ou plusieurs groupes de minorités visibles. D’après les projections de la population de Statistique Canada, ce pourcentage pourrait se situer entre 31,2 % et 35,9 % en 2036.

Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité, Statistique Canada utilisera au Recensement de 2021 le même libellé pour la question sur le groupe de population qu’au Recensement de 2016. Cela permettra de calculer la population des minorités visibles conformément à la Loi sur l’équité en matière d’emploi et de maintenir la qualité des données tout en assurant la comparabilité au fil du temps.

Toutefois, en réponse à la rétroaction des utilisateurs concernant la sensibilité et la pertinence du terme « minorité visible » et le niveau de désagrégation des données dans les tableaux et les produits analytiques diffusés, Statistique Canada continuera d’explorer de nouvelles façons de mesurer les différents groupes de population. Pour le Recensement de 2021, l’organisme continuera à collaborer avec les utilisateurs de données à l’élaboration de nouveaux moyens de présenter les données en vue de mieux rendre compte de la diversité entre et au sein de ces groupes.

Cette approche a fait l’objet de discussions avec les intervenants et a été guidée par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence, la qualité et la couverture globales des données, d’assurer leur comparabilité au fil du temps, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques. Plus particulièrement, Statistique Canada a consulté le Comité consultatif sur la statistique ethnoculturelle et de l’immigration, et sollicitera de nouveau ses conseils lorsque des changements à la question sur les groupes de population seront étudiés en vue du Recensement de 2026.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite de ses consultations et de ses tests, Statistique Canada utilisera la même formulation pour la question sur le groupe de population dans le Recensement de 2021 que dans le Recensement de 2016. Ceci permettra de calculer la population des minorités visibles conformément à la Loi sur l’équité en matière d’emploi, ce qui assurera le maintien de la qualité des données et leur comparabilité avec les données historiques.

Tableau 4
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 4. Les données sont présentées selon Modifications examinées (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées Approche résultante pour 2021

Certains craignent que les catégories de réponse à la question sur le groupe de population soient trop générales et ne représentent pas bien les disparités et les enjeux socioéconomiques observés entre les groupes ou à l’intérieur de ceux-ci.

En outre, des préoccupations ont été soulevées au sujet de la sensibilité et de la pertinence du terme « minorité visible » ainsi que du niveau de désagrégation des données dans les tableaux de données et les produits analytiques diffusés.

L’objectif principal de la question sur le groupe de population est d’établir des chiffres sur la population des minorités visibles. Pour appuyer la mise en œuvre de la Loi sur l’équité en matière d’emploi, la formulation de la question sur le groupe de population pour le Recensement de 2021 sera identique à celle utilisée lors du Recensement de 2016.

Toutefois, Statistique Canada continuera d’envisager d’autres façons de mesurer divers groupes de population. Pour le Recensement de 2021, l’organisme continuera de travailler avec les utilisateurs des données afin d’élaborer d’autres méthodes de présentation des données qui représenteraient mieux la diversité entre ces groupes et au sein de ceux-ci.

À quoi s’attendre en 2021

Le Recensement de 2021 utilisera la même formulation pour la question sur le groupe de population que celle utilisée lors du Recensement de 2016, ce qui assurera le maintien de la comparabilité historique.

Religion

Pourquoi sont posées ces questions?

Depuis 1871, on inclut dans le recensement décennal de la population une question sur la religion, ce qui témoigne d’une demande de longue date, continue et importante d’information sur la diversité et l’appartenance religieuses au Canada.

Les renseignements sur la religion de la population sont couramment utilisés par les gouvernements ainsi que par les confessions, les associations et les groupes religieux dans l’ensemble du pays. Par exemple, ils servent à évaluer le besoin et la possibilité de mettre sur pied des écoles religieuses dans certaines provinces.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité, Statistique Canada a modifié le libellé de la question sur la religion. La population du Canada est de plus en plus diversifiée, et la question révisée permettra de mieux mesurer la diversité religieuse croissante au pays. 

La question révisée comprendra les mêmes exemples de religions et de confessions que ce qui a été inclus en 2011. Toutefois, la question comportera également un lien vers une liste comprenant plus de 200 exemples de religions et de confessions. Cette approche aidera les répondants à répondre à la question, tout en les encourageant à fournir des réponses plus détaillées que dans les recensements précédents. Par conséquent, un nombre beaucoup plus élevé de religions et de confessions sera diffusé pour le Recensement de 2021.

Ces changements ont été analysés et examinés soigneusement avec les intervenants, et ont été guidés par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence et la qualité globales des données sur la religion, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite de ses consultations et de ses tests, Statistique Canada a modifié le libellé et le format de la question sur la religion.

Tableau 5
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 5. Les données sont présentées selon Modifications examinées et mises à l’essai avec succès (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées et mises à l’essai avec succès Approche résultante pour 2021

Des préoccupations ont été soulevées quant au fait que les exemples utilisés dans la question sur la religion ont influé sur les réponses, tout particulièrement en ce qui concerne les religions non chrétiennes (p. ex. le judaïsme, l’islam), étant donné que l’absence de tout exemple à l’échelle des confessions peut amener les répondants à déclarer ces religions plutôt que des confessions ou des doctrines précises au sein de ces religions (p. ex. le judaïsme orthodoxe, l’islam sunnite).

Le Recensement de 2021 inclura une question modifiée sur la religion afin d’encourager les Canadiens à donner des réponses plus détaillées.

Les exemples de religions et de confessions continueront de figurer directement dans le questionnaire. Toutefois, un lien vers une liste exhaustive d’exemples de religions et de confessions sera également inclus. Cette liste sera élargie considérablement par rapport à ce qui a été diffusé dans les recensements précédents afin d’inciter les répondants à fournir plus de détails et de représenter plus fidèlement la diversité au sein des religions au Canada.

À quoi s’attendre en 2021

Concernant la question sur la religion, les résultats du Test du recensement de 2019 indiquent que la version mise à jour pour 2021 produit des résultats semblables à ceux de la question du Recensement de 2011 pour ce qui est des principales religions (p. ex. le christianisme, l’hindouisme, l’islam, le judaïsme) ainsi que des confessions chrétiennes élargies

(p. ex. anglicane, pentecôtiste, presbytérienne, Église unie).

Comme il a été mentionné, les exemples de religions et de confessions continueront de figurer directement dans le questionnaire. Sans ces exemples, le Test du contenu du recensement de 2019 a révélé que de nombreux membres de confessions chrétiennes en particulier avaient donné des réponses générales, comme chrétien. Par conséquent, le retrait de ces exemples rendrait les données moins utiles pour beaucoup d’utilisateurs.

De plus, l’ajout d’un lien vers une liste exhaustive de religions et de confessions a encouragé bon nombre de répondants à être plus précis. Par exemple, après avoir passé en revue cette liste exhaustive d’exemples, les répondants pratiquant une religion non chrétienne étaient plus susceptibles de donner une réponse plus détaillée (p. ex. musulman sunnite plutôt que musulman, ou encore, juif orthodoxe plutôt que juif). De même, les répondants appartenant à une confession chrétienne étaient plus susceptibles de donner une réponse plus détaillée (p. ex. l’Église anglicane du Canada plutôt qu’anglican).

Puisque la question sur la religion mise à jour pour le Recensement de 2021 encourage les répondants à donner des réponses plus précises, un nombre beaucoup plus important de religions et de confessions sera diffusé. Cependant, les utilisateurs pourront toujours produire des dénombrements comparables à ceux du Recensement de 2011 en additionnant les dénombrements des catégories plus détaillées de 2021 en vue de recréer les catégories plus générales de religion ou de confession de 2011.

Langue

Pourquoi sont posées ces questions?

Les questions sur la langue (connaissance des langues officielles, langue parlée à la maison, langue maternelle, connaissance des langues non officielles et langue de travail) brossent un portrait de différents aspects des langues au Canada. Ces renseignements servent notamment à :

Ces renseignements sont essentiels à de nombreux utilisateurs de données, dont les différents ordres de gouvernement (fédéral, provincial, territorial et municipal) et les organisations qui représentent les communautés de langue officielle en situation minoritaire. Les renseignements statistiques recueillis sont également utilisés en appui à certains textes législatifs (p. ex. les parties IV et VII de la Loi sur les langues officielles, l’alinéa 23(1)a) de la Charte canadienne des droits et libertés et la Charte de la langue française du Québec).

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

Le Canada est un pays diversifié sur le plan linguistique, comme en témoignent les données du Recensement de 2016. Par exemple, 19,4 % de la population parle plus d’une langue à la maison. Afin de s’assurer que le recensement mesure les grandes tendances dans la société et continue de produire des données pertinentes et de qualité, des changements de contenu ont été proposés pour les questions portant sur la langue parlée à la maison et la langue de travail du Recensement de 2021. Ces changements allègent le fardeau de réponse et améliorent la qualité des données sur le nombre croissant de Canadiens qui déclarent plus d’une langue.

De plus, en réponse aux recommandations figurant dans un rapport déposé en mai 2017 par le Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes (le Comité), des variantes de la question sur la langue maternelle ont été élaborées et mises à l’essai. Les variantes avaient pour objectifs d’indiquer aux répondants qu’ils pouvaient fournir plus d’une « langue apprise en premier lieu et encore comprise », et d’énoncer les conditions selon lesquelles plus d’une réponse devait être fournie (c.-à-d. lorsque les langues ont été apprises en même temps). Étant donné que le rapport du Comité laisse entendre que la question actuelle sur la langue maternelle sous-estimerait la taille de la population de langue maternelle française au Canada hors Québec, les données obtenues ont servi à examiner la mesure dans laquelle différentes variantes de la question entraînent des estimations différentes de cette population.

Tout changement apporté au contenu du recensement est analysé et examiné soigneusement avec les intervenants, et est guidé par l’avis d’experts, dans le but de maintenir la pertinence, la qualité et la couverture globales des données, d’assurer leur comparabilité au fil du temps, et de veiller au respect continu des exigences législatives et politiques. Statistique Canada a créé le Comité consultatif sur la statistique linguistique, composé d’experts dans le domaine de la langue. Son mandat est de conseiller Statistique Canada sur les concepts, les méthodes, les enjeux et les défis relatifs au programme de la statistique linguistique de l’organisme, y compris la diversité linguistique émergente. Les membres du comité se sont réunis à maintes reprises en 2018 et en 2019 pour appuyer Statistique Canada et formuler des recommandations relativement à ces questions complexes.

Approche pour le Recensement de 2021

À la suite de ses consultations et de ses tests, Statistique Canada a modifié le libellé et le format des questions sur les langues parlées à la maison et les langues utilisées au travail. Des modifications à la question sur la langue maternelle ont également été mises à l’essai.

Tableau 6
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 6. Les données sont présentées selon Modifications examinées (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées Approche résultante pour 2021

Des modifications ont été examinées relativement aux questions sur la langue parlée à la maison et la langue de travail afin d’alléger le fardeau de réponse et d’améliorer la qualité des données sur le nombre croissant de Canadiens qui déclarent plus d’une langue.

À la suite des recommandations formulées dans le rapport sur les ayants droit des minorités linguistiques déposé en 2017 par le Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, deux autres versions de la question sur la première langue apprise à la maison pendant l’enfance et encore comprise (langue maternelle) ont été mises à l’essai et prises en considération.

L’ordre de présentation des deux parties de la question sur la langue parlée à la maison est inversé pour 2021. La première partie de la question demande d’indiquer toutes les langues parlées régulièrement à la maison par le répondant. Les répondants qui déclarent plus d’une langue dans la première partie de la question passeront à la deuxième partie, laquelle porte sur la langue dont ils parlent le plus souvent à la maison. Malgré ce changement, les concepts mesurés grâce à cette question demeurent identiques. Le même changement s’applique à la question sur les langues utilisées au travail.

Les résultats du Test du recensement de 2019 n’ont révélé aucune amélioration statistique évidente de la qualité des données lorsque les versions modifiées de la question étaient utilisées; ces questions n’ont pas non plus révélé de changement statistiquement significatif sur le nombre total de personnes ayant déclaré la langue officielle minoritaire comme langue maternelle. À la suite de discussions avec le Comité consultatif sur la statistique linguistique de Statistique Canada et étant donné que la comparabilité historique pourrait être touchée, la question sur la langue maternelle de 2016 sera reprise dans le questionnaire de 2021.

À quoi s’attendre en 2021

Les questions du Recensement de 2021 sur la connaissance des langues officielles, de la langue maternelle et des langues autres que le français ou l’anglais seront posées comme lors du Recensement de 2016.

Droits à l’instruction dans la langue de la minorité

Pourquoi sont posées ces questions?

Il est important d’avoir des renseignements de qualité sur les ayants droit de langue officielle en situation minoritaire au Canada pour assurer la vitalité des communautés de langue officielle. Un ayant droit est une personne qui peut se prévaloir de son droit constitutionnel d’inscrire son enfant dans une école de la minorité de langue officielle au Canada, c’est-à-dire une école de langue anglaise au Québec et de langue française au Canada hors Québec.

Statistique Canada a effectué des essais qualitatifs et quantitatifs exhaustifs en collaboration avec le Comité consultatif sur la statistique linguistique. Ces essais avaient pour objectif de déterminer le meilleur moyen de dénombrer les enfants des ayants droit des minorités linguistiques pour que ceux-ci puissent exercer leur droit à l’éducation dans la langue minoritaire.

L’ajout de questions sur l’éducation dans la langue officielle minoritaire aux niveaux primaire et secondaire vise l’obtention d’une mesure du nombre d’enfants de parents ayants droit en vertu des trois critères stipulés à l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés, soit la langue maternelle du parent, la langue de scolarisation du parent et la langue de scolarisation de la fratrie.

Les nouvelles questions, en conjonction avec la question existante sur la langue maternelle et l’information sur les relations entre les membres d’un même ménage, permettront de mesurer le nombre d’enfants d’ayants droit et ainsi d’appuyer les programmes d’enseignement en français et en anglais dans les diverses régions du Canada.

Tendances actuelles et lacunes statistiques relatives à ce thème

L’accès à des renseignements statistiques de qualité joue un rôle déterminant dans la planification des services publics au Canada, y compris les infrastructures scolaires et les services d’enseignement dans la langue officielle minoritaire. À la fin de 2016, divers représentants d’associations, de conseils et commissions scolaires, et de communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) ont demandé au gouvernement du Canada et à Statistique Canada d’ajouter des questions au Recensement de 2021 pour évaluer les besoins en matière d’éducation dans la langue officielle minoritaire au sein des CLOSM et, en particulier, pour dénombrer les enfants des ayants droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Statistique Canada s’est engagé à mettre toute son expertise scientifique à contribution pour trouver la méthode la plus appropriée de recueillir ces données en prenant appui sur des fondements scientifiques et professionnels, et de procéder à une évaluation approfondie du potentiel et des limites des différentes méthodes de collecte. L’organisme s’est également engagé à répondre adéquatement et dans les plus brefs délais au besoin de données précises et de qualité sur les enfants d’ayants droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Approche pour le Recensement de 2021

Au cours des trois dernières années, Statistique Canada a travaillé avec plusieurs partenaires clés, y compris Patrimoine canadien et un comité consultatif d’experts sur la statistique linguistique et sur le sujet des ayants droit, afin de déterminer la meilleure façon de mesurer le nombre d’enfants d’ayants droit au Canada.

Afin de produire des données de qualité relatives aux trois critères de l’article 23 de la Charte mentionnés ci-dessus, Statistique Canada a entrepris une démarche en cinq parties :

  1. Statistique Canada a élaboré, en collaboration avec des conseillers experts, cinqNote 1 questions et les a testées afin d’en évaluer la qualité. Par la suite, en raison de la complexité de celles-ci et pour en faciliter la compréhension, Statistique Canada a modifié le libellé et le format des questions.
  2. Statistique Canada a effectué une analyse statistique des résultats du Test du recensement de 2019 relatifs aux estimations du nombre d’enfants d’ayants droit afin de vérifier si les résultats étaient statistiquement différents en fonction de l’emplacement des questions (placées dans deux panels d’essai) dans le questionnaire abrégé et le questionnaire détaillé, selon qu’elles étaient placées juste après la série existante de questions sur la langue ou juste avant les questions sur la scolarité.
  3. Statistique Canada a comparé les résultats du Test du recensement de 2019 avec les données administratives des provinces et territoires sur les effectifs scolaires annuels des établissements d’enseignement de la minorité linguistique.
  4. Étant donné que le Test du contenu du recensement de 2019 (des renseignements supplémentaires à ce sujet se trouvent dans le Test du contenu du recensement de 2019 : conception et méthodologie) reposait sur un échantillon probabiliste de plus de 135 000 ménages, Statistique Canada a utilisé les données des questionnaires détaillés et abrégés du Recensement de 2016 sur la langue maternelle et la langue parlée à la maison pour déterminer si les estimations obtenues au moyen du questionnaire détaillé (25 % des ménages) étaient statistiquement différentes de celles obtenues en combinant les données des questionnaires détaillés et abrégés (100 % des ménages) pour les très petites collectivités et les petites localités (municipalités).
  5. Statistique Canada a mené une évaluation pour déterminer si le recensement, combiné à des sources de données complémentaires (telles qu’une enquête postcensitaire et des données administratives), pourrait fournir un ensemble de données et un portrait plus détaillés et plus complets pour répondre aux besoins des utilisateurs et des communautés de langue officielle en situation minoritaire.
Tableau 7
Tableau summary
Le tableau montre les résultats de Tableau 7. Les données sont présentées selon Modifications examinées et mises à l’essai avec succès (titres de rangée), Approche résultante pour 2021 (figurant comme en-tête de colonne).
Modifications examinées et mises à l’essai avec succès Approche résultante pour 2021

On a relevé des lacunes statistiques relativement au dénombrement des enfants de parents ayants droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Ajout de cinq questions (brièvement décrites ci-dessous) au questionnaire du Recensement de la population, dont les réponses seront combinées à celles des questions sur la langue maternelle et la structure familiale :

  1. Études primaires ou secondaires en français
  2. Type de programme fréquenté
  3. Nombre d’années de fréquentation
  4. Études primaires ou secondaires dans une école de langue anglaise
  5. Nombre d’années de fréquentation

À quoi s’attendre en 2021

Pour la première fois, le Recensement de la population de 2021 recueillera des données sur les enfants des ayants droit, en fonction des trois critères énoncés à l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés

Les résultats des consultations menées auprès du Comité consultatif sur la statistique linguistique et des tests qualitatifs et quantitatifs du recensement ainsi que les analyses complémentaires effectuées permettent d’affirmer que le recensement fournira des données de qualité sur les enfants d’ayants droit, et ce, à divers échelons géographiques (p. ex. provinces, municipalités et les bassins de recrutement scolaire). Cet ajout de cinq questions permettra de constituer la base de données la plus détaillée et la plus complète produite jusqu’à présent sur les enfants d’ayants droit, mettant ainsi à la disposition des Canadiens des données utiles à l’exercice de leur droit à l’éducation dans la langue officielle de la minorité. Pour en savoir davantage sur les droits à l’instruction dans la langue de la minorité, y compris les résultats du Test de contenu du recensement de 2019, veuillez consulter Droits à l’instruction dans la langue de la minorité : rapport technique sur les modifications apportées au Recensement de 2021.

Les données du recensement constitueraient l’un des éléments clés d’une stratégie en trois points développée par Statistique Canada pour créer un écosystème de données sur les enfants d’ayants droit au Canada. Par l’entremise de sa méthodologie statistique et de l’utilisation de diverses sources de données, et grâce à la collaboration et à l’engagement de Patrimoine canadien, Statistique Canada pourrait ainsi fournir les trois ensembles de données, tels que définis et requis par la Cour. Ces ensembles comprennent 1) une borne supérieure, soit le nombre total d’enfants admissibles au niveau municipal (subdivisions de recensement) en vertu des critères 23(1)a, 23(1)b et 23(2) de la Charte; 2) la borne inférieure, soit le nombre d’enfants d’ayants droit actuellement inscrits à l’école de la minorité de langue officielle, obtenu grâce aux données administratives provenant des provinces et des territoires; et finalement, 3) le nombre de parents ayants droit qui se prévalent ou qui souhaiteraient se prévaloir de leur droit constitutionnel d’inscrire leur enfant dans une école de la minorité de langue officielle, obtenu au moyen d’une enquête postcensitaire sur les minorités de langue officielle.

Renseignements additionnels

Le contenu du questionnaire du Recensement de 2021 est le fruit de nombreuses séances de consultation, de discussions et de mises à l’essai, y compris des interviews individuelles exhaustives et un Test du recensement de 2019 rigoureux auxquels ont participé plus de 135 000 ménages partout au Canada. De plus amples renseignements à ce sujet se trouvent dans le feuillet d’information intitulé Test du contenu du recensement de 2019 : conception et méthodologie.

Toute modification apportée au contenu du recensement est soigneusement analysée, fait l’objet de discussions avec les parties prenantes et est guidée par des avis d'experts afin de préserver la pertinence des données, leur qualité globale, leur couverture et leur comparabilité dans le temps, ainsi que de garantir que les exigences législatives et politiques continuent d'être respectées. 

Pour en savoir davantage sur les droits à l’instruction dans la langue de la minorité, y compris les résultats du Test de contenu du recensement de 2019, veuillez consulter Droits à l’instruction dans la langue de la minorité : rapport technique sur les modifications apportées au Recensement de 2021.

Pour de plus amples renseignements sur les origines ethniques ou culturelles, y compris les résultats du Test du recensement de 2019, veuillez consulter Origines ethniques ou culturelles : rapport technique sur les modifications apportées au Recensement de 2021.

Pour obtenir plus de renseignements sur le nouveau contenu et le contenu modifié ainsi qu’une description du contenu qui a été mis à l’essai, mais qui n’a pas été intégré au questionnaire du Recensement de 2021, veuillez consulter Brosser un portrait du Canada : le Recensement de la population de 2021.

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :