Guide de référence sur les peuples autochtones, Recensement de la population, 2016

Date de diffusion : le 25 octobre 2017

Définitions et concepts

Il existe diverses façons de définir la population autochtone à partir des données du Recensement de la population de 2016, selon l'optique et les besoins de l'utilisateur de données. Les variables suivantes, qui permettent de définir la population autochtone, proviennent du Recensement de la population et sont définies dans le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98-301-X au catalogue :

Les estimations démographiques pour le Canada tirées du Recensement de 2016, selon différentes définitions, sont présentées ci-dessous :

Tableau 1
Estimations pour l'identité autochtone, le groupe autochtone, le statut d'Indien inscrit ou des traités, l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne et l'ascendance autochtone, Recensement de 2016
Sommaire du tableau
Ce tableau montre les résultats de Estimations pour l'identité autochtone, le groupe autochtone, le statut d'Indien inscrit ou des traités, l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne et l'ascendance autochtone, Recensement de 2016. L'information est groupée par Concept (apparaissant comme en-tête de rangées), Estimation du Recensement de la population 2016 (apparaissant comme en-tête de colonne).
Concept Estimation du Recensement de la population 2016Note 1
Identité autochtoneNote 2 1 673 785
Groupe autochtone 1 651 115
Statut d'Indien inscrit ou des traités 820 115
Membre d'une Première Nation ou bande indienne 792 140
Ascendance autochtoneNote 3 2 130 520

Certaines régions géographiques définies légalement sont souvent importantes pour les utilisateurs de données sur les peuples autochtones. Les variables suivantes, qui sont définies dans le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98-301-X au catalogue, sont offertes à partir de l'enquête :

Les données recueillies dans le cadre du Recensement de la population sont utilisées par les gouvernements, y compris les gouvernements et organismes autochtones, afin de mettre en place des programmes et des services destinés aux peuples autochtones.

Classifications

Les données obtenues à partir des réponses recueillies aux questions relatives aux peuples autochtones du Recensement de la population de 2016 servent à dériver des variables sommaires et détaillées qui présentent un portrait des peuples autochtones au Canada.

Le Recensement de 2016 utilise les classifications types de Statistique Canada pour les variables Identité autochtone, Groupe autochtone, Statut d'Indien inscrit ou des traités, Membre d'une Première Nation ou bande indienne, Ascendance autochtone, Résidence dans une réserve ou hors réserve et Résidence à l'intérieur ou à l'extérieur de l'Inuit Nunangat. Les tableaux, accessibles depuis la page du Recensement de la population sur le site Internet de Statistique Canada, montrent aussi les variables spécifiques aux peuples autochtones utilisées dans les produits de données du Recensement de 2016.

Les données relatives aux langues autochtones sont diffusées en utilisant la classification type de Statistique Canada pour les variables Connaissance des langues non officielles.

Questions

Les données des variables Identité autochtone, Groupe autochtone, Statut d'Indien inscrit ou des traités, Membre d'une Première Nation ou bande indienne et Ascendance autochtone du Recensement de la population de 2016 ont été obtenues à partir des réponses recueillies aux questions 18, 20, 21 et 17 :

Au Recensement de 2016, le questionnaire 2A-L a été utilisé pour dénombrer un échantillon de 25 % de tous les ménages privés du pays, à l'exception des ménages privés dans les réserves indiennes, établissements indiens et autres régions éloignées qui ont tous reçu le questionnaire 2A-R. Les questions 18, 20 et 21 étaient les mêmes dans les deux questionnaires.

Les exemples de la question 17 sur l'origine ethnique étaient différents dans les questionnaires 2A-L et 2A-R. Les exemples figurant dans le questionnaire 2A-L étaient les suivants : canadien, anglais, chinois, français, indien de l'Inde, italien, allemand, écossais, cri, mi'kmaq, salish, métis, inuit, philippin, irlandais, hollandais, ukrainien, polonais, portugais, vietnamien, coréen, jamaïcain, grec, iranien, libanais, mexicain, somalien et colombien.

Par contre, les exemples du questionnaire 2A-R portaient plus particulièrement sur la population autochtone : cri, ojibwé, mi'kmaq, salish, déné, pied-noir, inuit, métis, canadien, français, anglais et allemand.

De façon générale, les exemples mentionnés dans le questionnaire 2A-L représentaient les origines ethniques uniques les plus souvent déclarées à l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 et étaient classés par ordre décroissant d'importance, d'après les réponses obtenues en 2011, en commençant par le groupe le plus important. Des exemples ont également été inclus afin de tenir compte des peuples autochtones vivant au Canada. De même, dans le questionnaire 2A-R, les origines autochtones les plus souvent déclarées figuraient comme exemples, et l'on a fait en sorte d'inclure les origines autochtones des différentes régions du Canada. Les exemples non autochtones de la liste comprenaient les origines qui avaient été le plus fréquemment indiquées lors de l'ENM de 2011.

Pour en savoir plus sur le libellé et le format des questions du Recensement de la population de 2016 utilisés pour définir la population autochtone et les instructions qui ont été fournies aux répondants relativement à ces questions, veuillez consulter le questionnaire 2A-L, le questionnaire 2A-R, le Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue, ainsi que les inscriptions suivantes figurant dans le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98-301-X au catalogue, soit Groupe autochtone, Statut d'Indien inscrit ou des traités, Membre d'une Première Nation ou bande indienne et Origine ethnique.

Qualité des données

Le questionnaire détaillé du Recensement de 2016 a fait l'objet d'une évaluation minutieuse de la qualité des données, semblable à celle effectuée pour l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 et les recensements antérieurs. Un certain nombre d'indicateurs de la qualité des données (brièvement décrits ci-dessous) ont été produits et utilisés afin d'évaluer la qualité des données.

L'évaluation de la qualité des données a été effectuée en plus des vérifications régulières de la qualité menées aux étapes clés du recensement. Par exemple, pendant la collecte et le traitement des données, la cohérence des réponses fournies a été vérifiée et les taux de non-réponse ont été analysés pour chaque question. De plus, la qualité des réponses imputées a été examinée aux étapes du contrôle et de l'imputation des données. Enfin, les estimations tirées du questionnaire détaillé du recensement ont été comparées à celles d'autres sources et certifiées aux fins de diffusion.

Pour plus de renseignements sur la qualité des données pour la subdivision de recensement de Wood Buffalo, la méthode de collecte de données et l'utilisation de données administratives, veuillez vous reporter à l'annexe 1.4 du Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Les points saillants de cette évaluation en ce qui concerne les données relatives aux peuples autochtones sont présentés ci-dessous.

Variabilité due à l'échantillonnage et à la non-réponse totale

Le questionnaire détaillé du recensement a pour objectif de produire des estimations sur divers sujets pour un large éventail de régions géographiques, allant des très grandes régions géographiques (comme les provinces et les régions métropolitaines de recensement) aux très petites (comme les quartiers et les municipalités), et ce, pour diverses sous-populations (comme les Autochtones et les immigrants), qui sont généralement désignées sous le nom de « domaines d'intérêt ». Afin d'alléger le fardeau de réponse, le questionnaire détaillé du recensement est distribué à un échantillon aléatoire de ménages.

Cette méthode d'échantillonnage et la non-réponse totale engendrent une variabilité dans les estimations qui doit être prise en considération. Cette variabilité dépend aussi de la taille de la population et de la variabilité des caractéristiques mesurées. De plus, la précision des estimations peut varier considérablement selon le domaine ou la région géographique d'intérêt, en particulier en raison de la variation des taux de réponse. Pour en savoir plus sur la variabilité due à l'échantillonnage et à la non-réponse totale des estimations du questionnaire détaillé du recensement, veuillez vous reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Biais de non-réponse

Le biais de non-réponse est une source possible d'erreur pour toute enquête, y compris pour le questionnaire détaillé du recensement. Le biais de non-réponse survient lorsque les caractéristiques de ceux qui participent à une enquête sont différentes des caractéristiques de ceux qui ne participent pas.

En général, le risque de biais de non-réponse augmente avec le taux de non-réponse. Pour le questionnaire détaillé du Recensement de 2016, Statistique Canada a adapté ses procédures de collecte et d'estimation afin d'atténuer, dans la mesure du possible, l'effet du biais de non-réponse. Pour en savoir plus sur ces stratégies d'atténuation, veuillez vous reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Indicateurs de la qualité des données

Un certain nombre d'indicateurs de qualité ont été produits et analysés pendant l'évaluation de la qualité des données du questionnaire détaillé du recensement. Trois de ces indicateurs sont présentés aux utilisateurs, soit le taux global de non-réponse (TGN), l'erreur type et le taux d'imputation par question.

Le TGN combine la non-réponse des ménages (ou la non-réponse totale) et la non-réponse aux questions (non-réponse partielle). Il est calculé et présenté pour chaque région géographique. Le TGN est le principal critère qui permet de déterminer si les résultats du questionnaire détaillé du recensement sont diffusés ou non pour une région géographique donnée; les données sont supprimées pour les régions géographiques qui présentent un TGN égal ou supérieur à 50 %. Pour en savoir plus sur le TGN, veuillez vous reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

L'erreur type mesure la précision d'une estimation par rapport à la variabilité due à l'échantillonnage et à la non-réponse totale. Une petite erreur type correspond à une estimation précise. Les erreurs types sont accessibles aux utilisateurs pour certaines estimations du questionnaire détaillé du recensement, sauf dans les cas où cela pourrait compromettre la confidentialité des données. L'erreur type peut être utilisée pour déterminer d'autres indicateurs de précision, tels que le coefficient de variation. Elle peut aussi être utilisée pour déterminer la plupart des types de paramètres d'intérêt d'une population (p. ex. un chiffre, une proportion ou une moyenne) et, à l'aide d'une méthodologie adéquate, pour déterminer les marges d'erreur ou les intervalles de confiance pour un niveau de confiance donné, ou pour faire de l'inférence statistique (vérification d'hypothèses). Pour en savoir plus sur l'erreur type dans le cadre du questionnaire détaillé du recensement, sur sa possibilité d'interprétation et sur son utilisation, veuillez vous reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Le taux d'imputation par question, qui exclut le taux global de non-réponse, mesure la qualité inhérente à chaque question du questionnaire détaillé du recensement. Ainsi, il mesure la proportion de répondants (le terme « répondants » désignant les personnes qui ont retourné un questionnaire partiellement ou entièrement rempli) qui n'ont pas répondu à la question, ou dont la réponse était invalide et pour lesquels une valeur valide avait été attribuée à la question. L'imputation permet de combler les lacunes dans les données et, lorsqu'elle est effectuée de manière appropriée, de réduire le biais causé par la non-réponse. Pour ce faire, les valeurs des personnes ou des ménages qui présentent des caractéristiques semblables à celles de l'enregistrement incomplet, sont utilisées pour fournir les réponses manquantes ou corriger les réponses erronées. Les taux d'imputation par question sont présentés dans le tableau 2.

Certification des estimations définitives

Une fois que le traitement, le contrôle et l'imputation des données ont été achevés, les données ont été pondérées de sorte que les estimations représentent la population canadienne totale vivant dans des logements privés. La certification des estimations définitives pondérées est la dernière étape du processus de validation qui permet de recommander les données pour chaque région géographique et domaine d'intérêt. Selon l'analyse des indicateurs de la qualité des données et la comparaison des estimations du questionnaire détaillé du recensement avec les autres sources de données, on recommande la diffusion inconditionnelle, la diffusion conditionnelle ou la non-diffusion des données pour des raisons de qualité. En cas de diffusion conditionnelle ou de non-diffusion, des notes et des mises en garde appropriées sont incluses dans le présent guide. Plusieurs sources de données ont été utilisées pour évaluer les estimations du questionnaire détaillé du recensement. Toutefois, puisque le risque d'erreur augmente souvent pour les niveaux géographiques inférieurs et les petites populations, et que les sources de données utilisées pour évaluer les résultats à ces niveaux sont moins fiables (ou non disponibles), il peut être difficile de certifier les estimations à ces niveaux.

Les estimations du questionnaire détaillé du recensement sont également soumises à des règles de confidentialité qui permettent d'empêcher la divulgation de l'identité et des caractéristiques des répondants. Pour en savoir plus sur les règles en matière de confidentialité des données du recensement, veuillez vous reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Pour en savoir plus sur le traitement des données et sur le calcul des estimations et leur niveau de précision, veuillez vous reporter au Rapport technique sur l'échantillonnage et la pondération, Recensement de la population, 2016, no 98-306-X au catalogue.

Comparabilité

Comparabilité au fil du temps

Lorsque l'on compare les données du Programme du recensement au fil du temps, par exemple, entre le Recensement de 2016 et l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011 ou le Recensement de 2006, on doit tenir compte des changements dans la couverture et la mesure. Les changements dans la couverture comprennent la participation de certaines réserves indiennes une année, mais pas une autre, ainsi que les changements dans la définition de la population « dans les réserves ». Les changements dans la mesure peuvent comprendre des changements dans le questionnaire et des modifications juridiques. En outre, d'autres facteurs peuvent avoir des répercussions sur la façon dont les personnes répondent aux questions du recensement. La présente section fait état des divers éléments qui pourraient avoir des répercussions sur la comparabilité au fil du temps des variables relatives aux peuples autochtones du Recensement de 2016.

Changements dans la couverture

Changements apportés à la définition de réserves

Statistique Canada utilise la définition « dans les réserves » fournie par Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC). De temps à autre, des changements sont apportés aux régions géographiques qui définissent les réserves indiennes et les établissements indiens (voir la définition de subdivision de recensement (SDR) dans le Dictionnaire, Recensement de la population, 2016, no 98-301-X au catalogue, pour obtenir la définition de la population « dans les réserves »). En 2006, les SDR dans les réserves étaient au nombre de 1 174; en 2011, on en comptait 997 et en 2016, 984. Les changements peuvent être le résultat d'ajouts, de suppressions, de changements dans les limites ou de fusions. Les données sont ajustées pour tenir compte de ces changements, afin que l'on puisse comparer les populations des régions géographiques touchées (p. ex. comparer la population dans les réserves et hors réserves). On peut obtenir ces données au moyen de totalisations personnalisées. Pour obtenir plus de renseignements concernant les réserves indiennes, consultez le site Web d'AANC.

Différences dans la liste des réserves partiellement dénombrées

En 2016, on comptait 14 réserves indiennes et établissements indiens « partiellement dénombrés » dans le cadre du recensement (veuillez vous reporter au document Réserves indiennes et établissements indiens partiellement dénombrés). En 2011, on comptait au total 36 réserves indiennes et établissements indiens « partiellement dénombrés » dans l'ENM; 31 d'entre eux ont aussi été partiellement dénombrés dans le Recensement de 2011. Les cinq autres réserves ont été partiellement dénombrées dans l'ENM correspondaient à des cas où seule la partie recensement du dénombrement avait été effectuée et où le dénombrement dans le cadre de l'ENM n'avait pas été autorisé ou avait été interrompu avant d'être terminé, ou encore n'avait pas été possible en raison de causes naturelles. En 2006, on comptait 22 réserves indiennes et établissements indiens « partiellement dénombrés » dans le recensement.

Le problème causé par le dénombrement partiel des réserves indiennes a des répercussions sur les estimations du recensement pour la population des Premières Nations vivant « dans les réserves », ainsi que pour la population d'Indiens inscrits ou des traités vivant « dans les réserves ». Il se peut que les estimations des autres populations aient aussi été touchéesNote 1.

Les estimations liées à d'autres variables relatives aux Premières Nations, comme la langue et les logements de bande, peuvent aussi être touchées par le dénombrement partiel de certaines réserves indiennes et de certains établissements indiens dans le Recensement de la population.

Pour comparer deux périodes différentes, les exclusions de chaque période de référence doivent être appliquées aux deux estimations de base, ce qui signifie que seules les réserves présentes pour les deux périodes devraient être utilisées dans la comparaison.

Pour plus de renseignements sur les réserves indiennes et les établissements indiens partiellement dénombrés, veuillez vous reporter à l'annexe 1.2 du Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Comparabilité des chiffres de population et des logements au fil du temps

En 2016 et 2006, les logements dans les réserves dont l'occupation/inoccupation ne pouvait pas être vérifiée ou déterminée pendant la collecte ont été pour la plupart considérés comme inoccupés. En 2011, les logements pour lesquels l'occupation/inoccupation ne pouvait pas être vérifiée ou déterminée ont été pour la plupart considérés comme occupés. L'occupation/inoccupation réelle de ces logements était inconnue, et les hypothèses faites pendant la collecte peuvent rendre compte avec différents niveaux d'exactitude de la situation réelle des différentes réserves.

Cette différence de méthodologie n'a pas de répercussions sur la comparabilité des chiffres des divers recensements pour toutes les réserves. Elle peut avoir des répercussions au moment de la comparaison des chiffres pour les réserves qui comptaient un nombre important de logements dont l'occupation/inoccupation était inconnue à un moment donné.

Lorsque l'on analyse les changements dans les chiffres de population et des logements au fil du temps, il est recommandé d'inclure plusieurs années de référence, particulièrement pour les régions géographiques plus petites. Il se peut que les répercussions de la non-réponse soient plus importantes pour les populations plus petites. La méthodologie du Recensement de 2016 est comparable à celle utilisée pour le Recensement de 2006. Par conséquent, les comparaisons entre le Recensement de 2006 et le Recensement de 2016 ne sont pas touchées par ces différences dans la méthodologie.

Différences dans la méthodologie de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011

Pour l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, on a utilisé une méthodologie différente de celle utilisée pour le Recensement de 2016, le Recensement de 2006 et les recensements précédents. Ces différences peuvent avoir des répercussions sur la comparabilité entre les estimations du Recensement de 2016 et celles de l'ENM de 2011. Pour plus de renseignements sur la comparabilité entre le Recensement de 2016 et l'ENM de 2011, se reporter au Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Changements dans la mesure et la réponse

Différences dans le libellé et le format des questions destinées aux Autochtones

Il y a plusieurs façons de définir la population autochtone à partir des quatre questions posées dans le recensement. Ces questions portent sur l'ascendance autochtone (question 17 sur l'origine ethnique), le groupe autochtone (question 18), le statut d'Indien inscrit ou des traités (question 20) et l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne (question 21).

Même si elles servent à mesurer les mêmes concepts, les quatre questions du Recensement de 2016 diffèrent des questions du Recensement de 2006 destinées aux Autochtones. Le libellé des questions a été modifié, afin de rendre compte de la terminologie récente et d'assurer l'exactitude de façon permanente au moment de la mesure de la population autochtone. Le libellé est demeuré le même entre l'ENM de 2011 et le Recensement de 2016.

Afin de voir comment ces questions ont changé entre 2006 et 2011, se reporter aux questionnaires N1 et N2 de l'ENM de 2011 et aux questionnaires 2B et 2D du Recensement de 2006.

Modifications législatives (p. ex. projet de loi C-31 en 1985 et projet de loi C-3 en 2011) qui ont des répercussions sur les concepts comme l'identité autochtone et le statut d'Indien inscrit ou des traités

Les modifications qui sont apportées aux lois du Canada concernant les populations autochtones peuvent avoir des répercussions sur la façon dont les Canadiens répondent aux questions d'identification des Autochtones. Par exemple, en septembre 2011, le gouvernement du Canada a reconnu par décret la Première Nation Qalipu Mi'kmaq de Terre-Neuve-et-Labrador, en vertu de la Loi sur les Indiens. Le nombre d'Indiens inscrits ou des traités vivant à Terre-Neuve-et-Labrador a augmenté pour passer de 6 600 selon le Recensement de 2006 à 21 155 selon le Recensement de 2016.

Autres facteurs qui ont des répercussions sur les réponses aux questions destinées aux Autochtones

Outre les facteurs énumérés précédemment, certaines personnes déclarent leur identité autochtone ou leur ascendance autochtone différemment d'une période de collecte à une autre pour diverses raisons. Même si la structure des réponses pour la majorité des personnes déclarant une identité ou une ascendance autochtone a été stable au fil du temps, des changements dans la structure des réponses des groupes autochtones et des populations non autochtones et autochtones sont possibles. Les changements d'attitude concernant l'identité autochtone, les décisions judiciaires ou les modifications juridiques anticipées, le climat social et d'autres facteurs peuvent avoir des répercussions sur la façon dont les personnes s'identifient.

En résumé, les estimations démographiques pour des concepts comme l'identité autochtone et le statut d'Indien inscrit ou des traités sont influencées par de nombreux facteurs. Les utilisateurs devraient savoir que les estimations ponctuelles et les changements au fil du temps sont influencés par une combinaison de facteurs, à savoir la croissance naturelle, les changements dans la couverture et la mesure et d'autres facteurs qui ont des répercussions sur la façon dont les personnes s'auto-identifient. Il n'est pas possible de quantifier les répercussions qu'ont ces changements pris isolément.

Comparabilité avec d'autres sources de données

Le Recensement de la population est la principale source de données sur les populations autochtones de Statistique Canada. Outre le Recensement de la population, Statistique Canada dispose d'autres sources de données clés propres à la population autochtone, par exemple, l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2017 – Participation économique; l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2012 – Éducation et emploi; l'Enquête auprès des peuples autochtones de 1991, l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2001 et l'Enquête auprès des peuples autochtones de 2006; et l'Enquête sur les enfants autochtones de 2006. Certaines autres enquêtes auprès des ménages de Statistique Canada (p. ex. l'Enquête sur la population active) peuvent produire des estimations concernant la population autochtone. En général, la population autochtone vivant dans les réserves n'est pas couverte par ces enquêtes auprès des ménages.

Statistique Canada a aussi produit des projections, selon divers scénarios, de la population d'identité autochtone au Canada (p. ex. Projections de la population et des ménages autochtones au Canada, 2011 à 2036, no 91-552-X au catalogue).

Affaires autochtones et du Nord Canada (AANC) tient le Registre des Indiens (RI), qui comprend toutes les personnes inscrites en vertu de la Loi sur les Indiens. Le RI diffère du Recensement de 2016, qui estime le nombre de personnes qui déclarent être un Indien inscrit ou des traités. Pour plus de renseignements sur les différences entre les estimations du recensement et les chiffres du RI, se reporter au Rapport technique sur les peuples autochtones, Enquête nationale auprès des ménages (ENM) de 2011, no 99-011-X au catalogue.

De nombreux facteurs ont des répercussions sur les comparaisons des données sur les Autochtones des diverses sources. Parmi eux figure la comparabilité, qui est affectée par les différences dans les populations cibles d'enquête, la période de référence, les méthodes d'échantillonnage et de collecte, le libellé des questions, le format des questionnaires, les exemples et les instructions, les approches en matière de traitement des données, et le climat social et politique au moment de la collecte des données.

Notes sur la qualité des données

Chiffres de population et des logements du Recensement de 2016 dans les réserves

Avant la diffusion des chiffres de population et des logements du Recensement de 2016, on a déterminé que ceux-ci pouvaient être sous-estimés dans six subdivisions de recensement (SDR) situées dans des réserves. Pour ces SDR, Statistique Canada a entrepris un examen officiel des chiffres de population et des logements. Pour prendre connaissance des changements apportés par suite de cet examen officiel, veuillez vous reporter aux Modifications aux chiffres de population et des logements, Recensement de 2016. Pour en savoir davantage au sujet des examens officiels, veuillez vous reporter à la Politique de réponse aux demandes d'examen officiel des chiffres de population et des logements du Recensement de 2016.

Réserves indiennes et établissements indiens partiellement dénombrés

En 2016, on comptait 14 réserves indiennes et établissements indiens « partiellement dénombrés » dans le cadre du recensement. Le problème des réserves partiellement dénombrées a des répercussions sur les estimations du recensement pour la population des Premières Nations « dans les réserves », ainsi que pour la population d'Indiens inscrits ou des traités vivant « dans les réserves ». Il se peut que les estimations des autres populations aient aussi été touchéesNote 1.

Les estimations liées à d'autres variables relatives aux Premières Nations, comme la langue et les logements de bande, peuvent aussi être touchées par le dénombrement partiel de certaines réserves indiennes et de certains établissements indiens dans le Recensement de la population.

Pour plus de renseignements sur les réserves indiennes et les établissements indiens partiellement dénombrés, veuillez vous reporter à l'annexe 1.2 du Guide du Recensement de la population, 2016, no 98-304-X au catalogue.

Variables précises relatives aux peuples autochtones

À l'échelle nationale, le taux d'imputation du Recensement de 2016 pour la question concernant le groupe autochtone est de 1,1 % (tableau 2). Les questions sur le statut d'Indien inscrit ou des traités et l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne ont des taux d'imputation de 1,4 % et 1,8 % respectivement.

À l'échelle provinciale, le taux d'imputation pour la question sur le groupe autochtone varie de 0,8 % au Yukon à 2,2 % à Terre-Neuve-et-Labrador. En ce qui a trait à la question sur le statut d'Indien inscrit ou des traités, le taux va de 1,3 % au Québec et en Ontario à 2,6 % dans les Territoires du Nord-Ouest. Pour ce qui est de la question sur l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne, le taux d'imputation va de 1,6 % au Québec à 5,6 % dans les Territoires du Nord-Ouest.

Les taux d'imputation pour l'origine ethnique (question 17), qui sert à calculer l'ascendance autochtone, figurent dans le tableau 1 du Guide de référence sur l'origine ethnique, Recensement de la population, 2016, no 98-500-X2016008 au catalogue.

Tableau 2
Taux d'imputation des questions sur le groupe autochtone, le statut d'Indien inscrit ou des traités ou l'appartenance à une Première nation ou à une bande indienne pour le Canada, les provinces et territoires, Recensement de 2016
Sommaire du tableau
Le tableau montre les résultats de Taux d'imputation des questions sur le groupe autochtone, le statut d'Indien inscrit ou des traités ou l'appartenance à une Première nation ou à une bande indienne pour le Canada, les provinces et territoires, Recensement de 2016. Les données sont présentées selon Région (titres de rangée) et Groupe autochtone (Question 18), Statut d'Indien inscrit ou des traités (Question 20) et Appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne (Question 21), calculées selon pourcentage unités de mesure (figurant comme en-tête de colonne).
Région Groupe autochtone
(Question 18)
Statut d'Indien inscrit ou des traités
(Question 20)
Appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne
(Question 21)
pourcentage
Canada 1,1 1,4 1,8
Terre-Neuve-et-Labrador 2,2 2,3 3,3
Île du-Prince-Édouard 1,7 1,9 2,6
Nouvelle-Écosse 1,2 1,6 2,4
Nouveau-Brunswick 1,3 1,5 2,0
Québec 1,2 1,3 1,6
Ontario 0,9 1,3 1,7
Manitoba 1,1 1,6 2,1
Saskatchewan 1,2 1,7 2,3
Alberta 1,2 1,6 2,1
Colombie-Britannique 1,1 1,4 1,9
Yukon 0,8 1,4 2,6
Territoires du Nord-Ouest 1,9 2,6 5,6
Nunavut 1,2 1,5 2,1

Les réponses à la question 21 sur l'appartenance à une Première Nation ou à une bande indienne peuvent comprendre des réponses générales comme « Algonquin » ou « Cri », plutôt que la mention d'une Première Nation ou d'une bande indienne particulière. Par conséquent, le nombre de membres d'une Première Nation ou d'une bande indienne particulière peut être sous-estimé dans le recensement. Les utilisateurs doivent aussi savoir que les estimations relatives à cette variable sont touchées par le dénombrement partiel de certaines réserves indiennes et de certains établissements indiens dans le Recensement de la population. Enfin, les chiffres pour les Premières Nations et les bandes indiennes particulières rendent compte des réponses autodéclarées à la question du recensement et peuvent différer des dossiers administratifs tenus par les Premières Nations et les bandes indiennes elles-mêmes.

Par conséquent, les utilisateurs des données détaillées sur les Premières Nations et les bandes indiennes du Recensement de 2016 devraient savoir que ces données ne devraient pas être utilisées comme chiffres officiels des Premières Nations et des bandes indiennes au Canada. Ils devraient consulter les Premières Nations ou les bandes indiennes individuellement pour obtenir des chiffres sur leurs membres.

Note

Signaler un problème sur cette page

Quelque chose ne fonctionne pas? L'information n'est plus à jour? Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez?

S'il vous plaît contactez-nous et nous informer comment nous pouvons vous aider.

Avis de confidentialité

Date de modification :